mercredi, février 28 2024

Suites aux bouleversements politiques en cours ce mercredi 26 juillet au Niger, la CEDEAO n’a pas manqué de réagir. Comme à son habitude, à travers un communiqué au ton ferme, l’organisation sous régionale dénonce les actions visant au renversement de Bazoum. Elle promet d’ores et déjà d’œuvrer par tous les moyens à une préservation et restauration de la démocratie au Niger.

Cette vision de fermeté contre les coups d’État en Afrique de l’ouest est portée par le président Nigérian, Bola Ahmed Tinubu, également président en exercice de la CEDEAO. En ce sens, ce dernier a réitéré l’engagement et la détermination de ses pairs à ne plus tolérer les coups d’État, notamment le renversement de Bazoum. Par ailleurs, le peuple nige1rien peut compter sur l’instance sous régionale qui a affirmé se tenir aux côtés du gouvernement élu au Niger.

Le renversement de Bazoum condamné

Dans son communiqué, la CEDEAO condamne la tentative de prise de pouvoir par la force au Niger avec extrême vigueur. Et les auteurs ou personnes implique1es dans les manœuvres de renversement de Bazoum, sont appelés à trouver une issue pacifique et surtout à libérer le président de même que ses proches.

« Il devrait être clair pour tous les acteurs de la Republique du Niger que les dirigeants de la région de la CEDEAO et tous les amoureux de la démocratie dans le monde ne tolèreront aucune situation qui neutraliserait le gouvernement démocratiquement élu du pays », a déclaré Bela Ahmed Tinubu. Et de préciser « la direction de la CEDEAO n’acceptera aucune action qui entrave le fonctionnement de l’autorité légitime au Niger ou dans toute partie de l’Afrique de l’Ouest ».

Lire Aussi :  NIGER : TENTATIVE DE COUP D’ÉTAT CHOQUANTE CONTRE BAZOUM

Sauver la démocratie nigérienne

Outre la dénonciation du renversement de Bazoun, la CEDEAO entend agir activement pour un retour rapide à l’ordre au Niger. En ce sens, la défense de la démocratie sera au gout du jour. « Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que la démocratie soit fermement implantée, nourrie, bien enracinée et prospère dans notre région », a-t-il exprimé. Cela se fera conformément au principe universellement acceptable du constitutionnalisme.

Pour le moment, environ 200 personnes sont rassemblées devant l’assemblée nationale à Niamey en soutien à Mohamed Bazoum, président du Niger. Ils manifestent contre la déstabilisation des institutions de la République nigérienne et scandent à l’unisson : « libérer Bazoum ».

 

Tony A.

Previous

Scrutins municipaux et régionaux en Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé lance une caravane

Next

Destitution de Bazoum au Niger : les véritables raisons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]