mardi, février 27 2024

La région du Tigré en Ethiopie est une zone d’accès difficile. Malgré le fait qu’un accord ait été signé entre le gouvernement d’Addis-Abeba et les Nations unies, la situation humanitaire dans le Tigré reste toujours inquiétante. Il est encore difficile pour les travailleurs humanitaires d’avoir accès total à la région du Tigré.

Face à la virulence du conflit dans le nord du pays, de grandes craintes subsistent quant à l’aggravation de la situation. Ce qui pourrait déstabiliser toute la région entière. Les hôpitaux et populations manquent presque de tout. Alors, il est urgent de leur apporter toute l’assistance et protection nécessaire. Donc, des actions doivent être rapidement menées pour éviter le pire. Dans l’accomplissement de sa mission, une équipe de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a essuyé des tirs dimanche dernier puis finalement arrêté durant un moment.

Accès à la region du Tigré, des limites franchies

Pour le ministre adjoint des Affaires étrangères, Redwan Hussein, les humanitaires des Nations Unies ont dépassé les limites qui leur ont été assignées. Ils ont tenté de se rendre dans des zones non approuvées par le gouvernement d’Addis-Abeba.

« Nous n’autorisons pas les partenaires à faire cavalier seul ou décider seul. Le libre accès n’existe pas ici », a affirmé Redwan Hussein. Il estime par ailleurs que dans le Tigré, c’est le gouvernement qui décide et l’ONU qui exécute.

« Lorsque nous avons signé l’accord humanitaire, nous pensions que les Nations unies collaboreraient. Et que ce serait nous, le gouvernement, qui prendrait les décisions », a rappelé le ministre adjoint des Affaires étrangères.

Une continuité des combats dans la region du Tigré

S’agissant des soupçons de crimes de guerre, les autorités éthiopiennes disent non aux enquêtes indépendantes. « Ici, ce n’est pas une colonie, ni par le passé ni aujourd’hui », a déclaré Redwan Hussein. Pour lui, c’est seulement au peuple éthiopien que le gouvernement peut rendre des comptes.

En ce qui concerne les affrontements, les combats se poursuivent encore dans la région du  Tigré. La fin des opérations annoncée par le Premier ministre Abiy Ahmed va prendre un peu de temps avant de se matérialiser complètement. Pour l’heure, priorité est laissée à l’arrestation des cadres du TPLF.

« Nous disons clairement qu’en effet il y a des forces spéciales tigréennes et des milices qui n’ont pas déposé les armes », a laissé savoir le ministre. Et de rajouter « ils sont partis se cacher dans le bush et ils sont toujours capables de combattre ». Alors les affrontements sont loin d’être finis.

Previous

Presidential elections: the competence of the CENI in Niger questioned by observers

Next

Corruption au Gabon: Jean Marie Ogandaga rend son tablier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]

Mouvement de grève en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l'injustice

Mobilisation en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l’oppression et l’injustice

Rédaction

En Guinée, un mouvement de protestation d’envergure nationale a été déclenché par les 13 centrales syndicales du pays. Ces dernières appellent à une grève générale et illimitée à partir du lundi 26 février. Cette mobilisation vise à dénoncer la flambée des prix des denrées de première nécessité et à exiger la levée de la censure […]

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DES ATELIERS SANKARISTES

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DU PREMIER ATELIER SANKARISTE

Rédaction

La « cité du cavalier rouge » a abrité le samedi 24 février 2024, le premier des Ateliers Sankaristes. Il a rassemblé les acteurs de la société civile, les journalistes, la jeunesse composée en majorité des étudiants de l’Université Norbert ZONGO de Koudougou. Le discours d’ouverture de l’étape 1 des Ateliers Sankaristes a été prononcé […]