mercredi, mai 29 2024

Ce vendredi 23 septembre 2022, la Cour constitutionnelle centrafricaine s’est prononcée sur l’épineuse question de la réforme constitutionnelle. Le projet initié par le chef de l’État Faustin-Archange Touadéra rencontre de nombreuses oppositions. En effet, les juges suprêmes ont invalidé le décret présidentiel qui avait créé un comité chargé de rédiger une nouvelle Constitution.

Depuis un moment déjà, nombreux sont les citoyens ou opposants à s’insurger contre la proposition d’une réforme constitutionnelle en Centrafrique. Ils craignent surtout que le président Touadéra serait en train d’élaborer un stratagème pour pouvoir briguer un troisième mandat. Chose qu’ils ne sauraient laisser subvenir.

Un décret présidentiel illégal

Rappelons-le, mercredi dernier, le président Faustin-Archange Touadéra a installé le comité de rédaction d’une nouvelle Constitution pour le pays. Ledit comité est composé d’une cinquantaine de personnalités. Selon la Cour constitutionnelle, le comité chargé de rédiger une nouvelle constitution ne bénéficie aucunement de sa reconnaissance. En d’autres termes, celui-ci serait illégal.

Le verdict de la cour est motivé par plusieurs raisons saillantes. Elle estime que le processus de réforme constitutionnelle enclenché, nécessite l’existence d’un Sénat. Mais malheureusement, celui ci n’est pas encore effectif dans le pays. Alors il ne pourrait être opérationnel.

Outre cela, la cour pointe également du doigt, le fait que le président ne devrait trahir son serment fait à la nation. Ceci d’autant plus qu’il avait juré sur la Bible et devant la nation qu’il ne réviserait le nombre et la durée de son mandat.

Lire Aussi :  CENTRAFRIQUE : L’IDÉE D’UNE NOUVELLE CONSTITUTION DÉRANGE

La réforme constitutionnelle, un « coup d’État »

Le président Touadéra va-il aller maintenir son projet en dépit de la décision défavorable de la Cour constitutionnelle ? Pour l’instant tout porte à croire que oui. « La Constitution du 30 mars 2016, vous le savez, ne confère ni au président de la République, ni à une autre institution, le pouvoir de se dresser devant la souveraineté populaire, de limiter ou d’empêcher l’exercice de cette souveraineté », avait-il affirmé.

Pour les adversaires du projet, si cela advenait, cet acte devrait être considéré comme un « coup d’État » par les Centrafricains et la communauté internationale. Le ministre conseiller spécial du chef de l’État, Fidèle Gouandjika, estime pour sa part que la constitution de 2016 nécessite une retouche.

« Cette Constitution a des limites. Beaucoup d’articles de cette Constitution ne donnent pas la possibilité au pays d’émerger. La Constitution a été décriée et querellée par l’opposition, par des éminents professeurs en droit », a-t-il défendu.

 

El Professor

Previous

Scrutin 2023 : l‘illégalité du Centre gabonais des élections dénoncée

Next

Grève illimitée : les magistrats tchadiens passent à la vitesse supérieure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Investigateur Africain

Le président de transition du Gabon, Brice Clotaire Oligui Nguema, a entamé ce mardi 28 mai une visite de travail de cinq jours en France. Ce séjour, qui s’articule autour de trois volets – économique, politique et mémoriel – vise à renforcer et relancer le partenariat bilatéral entre Libreville et Paris. La visite du président […]

Bassirou Diomaye Faye attendu en visite au Togo ?

Diplomatie Ouest-Africaine : Le Togo, prochaine destination de Faye ?

Investigateur Africain

Le nouveau président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, élu en mars dernier, effectuera une visite officielle à Ouagadougou ce jeudi 30 mai. Cette visite, qualifiée d’« amitié et de travail », marque une étape significative dans la politique extérieure du Sénégal vis-à-vis de ses voisins de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Le déplacement de M. […]

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]