dimanche, juillet 21 2024

Jeudi dernier, le Conseil constitutionnel mauritanien a officiellement validé la réélection de Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, consolidant ainsi son poste à la présidence pour un second mandat de cinq ans. Élu pour la première fois en 2019, Ghazouani, un militaire de carrière de 67 ans, a remporté 56,12 % des voix lors de l’élection présidentielle récente. Cette validation est intervenue sans aucun recours de la part des six autres candidats, rendant ainsi la procédure quasiment automatique.

Trois des concurrents de Ghazouani, dont Hamad Ould Sid Elmotar, candidat du parti islamiste Tewassoul, ont même félicité le président réélu. Cette attitude de reconnaissance contraste fortement avec celle de Biram Dah Abeid, le principal rival de Ghazouani. Abeid, un militant anti-esclavagiste arrivé en deuxième position, conteste les résultats du scrutin et appelle à un dialogue avec le pouvoir pour résoudre la crise post-électorale. Les résultats proclamés lundi par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) avaient en effet déclenché des troubles dans certaines villes du pays, particulièrement dans le sud, causant la mort de trois personnes et blessant deux policiers.

Les réactions et conséquences

La réélection de Ghazouani a suscité des réactions diverses parmi la classe politique mauritanienne et au sein de la population. Si certains voient en lui la stabilité et la continuité, d’autres, notamment les partisans de Biram Dah Abeid, expriment leur mécontentement et leur scepticisme quant à la transparence du processus électoral. Les troubles post-électoraux soulignent une fracture persistante au sein du pays, une fracture que Ghazouani devra adresser rapidement s’il souhaite gouverner efficacement durant son second mandat.

La situation actuelle pose également des questions sur l’évolution politique de la Mauritanie. La reconnaissance de la victoire par plusieurs concurrents montre une certaine maturité démocratique, mais les contestations de Biram Dah Abeid rappellent les défis persistants. L’appel au dialogue d’Abeid pourrait ouvrir la voie à une réconciliation nationale, si Ghazouani et son administration choisissent de tendre la main à l’opposition. Ce dialogue pourrait être crucial pour apaiser les tensions et promouvoir une plus grande inclusion politique.

Lire Aussi : PREMIER SOMMET DE L’AES À NIAMEY : LE SAHEL PREND SON DESTIN EN MAIN

Défis à Venir pour Ghazouani

Le second mandat de Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani s’annonce semé d’embûches. Le président devra naviguer entre les attentes de ses partisans, les exigences de l’opposition, et les préoccupations internationales. Les troubles récents montrent que la population est prête à se mobiliser pour défendre ses intérêts, et la gestion de ces dynamiques sociales sera essentielle pour maintenir la paix et la stabilité.

Sur le plan économique, Ghazouani devra également faire face à des défis majeurs, notamment la diversification de l’économie mauritanienne et la réduction du chômage. Les ressources naturelles, bien que cruciales, ne suffiront pas à elles seules pour garantir une croissance durable. Le président réélu devra mettre en place des réformes structurelles et attirer des investissements étrangers pour dynamiser l’économie.

La réélection de Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani marque un tournant pour la Mauritanie. Avec un second mandat confirmé, le président devra démontrer sa capacité à unifier le pays, à répondre aux aspirations de la population et à promouvoir une gouvernance inclusive. Les prochaines années seront déterminantes pour l’avenir politique et économique de la Mauritanie.

 

Tony A.

Previous

Premier Sommet de l'AES à Niamey : Le Sahel prend son destin en main

Next

La Valse des ombres : Décryptage de la Montée de l'Extrême Droite en France et en Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]