dimanche, juillet 21 2024

En Côte d’Ivoire, les producteurs de cacao se montrent extrêmement préoccupés. Et pour cause, le début de la campagne 2022-2023 du cacao ce week-end. Les initiatives prises par les autorités ne semblent pas du tout rassurer les producteurs qui craignent de subir à nouveau les injustices du marché.

En effet, pour cette campagne, le prix plancher du cacao connait une augmentation de 10%. C’est-à-dire que le prix du kilo de cacao passe désormais de 825 francs CFA à 900 francs CFA. La nouvelle qui devrait en principe réjouir les producteurs de cacao, laisse plutôt place à des doutes.

Des producteurs de cacao inquiets

D’après les producteurs de cacao, même si le prix est souvent plafonné, on observe un irrespect de certains acteurs de la filière. Au final, ils se retrouvent à vendre en dessous du prix initialement fixé sans que rien n’y soit fait. Alors, il leur est difficile de se fier à la nouvelle augmentation du prix plancher.

« Le prix est donné. Deux mois après, les multinationales commencent à jouer avec les prix […]. On se retrouve maintenant dans un désordre total quant au nom respect de ces prix », a fait savoir Koffi Kanga, le président de l’Association nationale des producteurs de café-cacao de Côte d’Ivoire (Anaproci).

Lire aussi :  CACAO DURABLE : LA NOUVELLE DONNE DIVISE LES ACTEURS DE LA FILIÈRE

Des assurances de la part du gouvernement

De son côté, le ministère de l’Agriculture tente de rassurer les producteurs de cacao. Pour ce faire, des mesures ont été mises en place. Il s’agit de la carte de paysan qui devrait faciliter la traçabilité. Alors, environ 350 000 cartes ont donc été distribuées aux producteurs.

« Lorsque le paysan va vendre son produit au commerçant, le prix sera le prix qui a été fixé par le gouvernement. Lorsque c’est payé, cela va directement sur son compte », a indiqué Kobenan Kouassi Adjoumani, le ministre de l’Agriculture. Et de prévenir, « il y a des gens qui surveillent cela. Si tu as payé en deçà du prix qui a été fixé par le gouvernement, il y a des sanctions encourues ».

 

Sandrine A.

Previous

Commerce en Afrique : la présence économique française en déclin

Next

Guinée : nouveau renvoi du procès de Moussa Dadis Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]