lundi, février 26 2024

Jacob Zuma, l’ancien président sud-africain a été confronté à nouveau à la justice ce lundi 17 mai. Mais après des échanges brefs le procès a été reporté au 26 Mai. L’homme politique serait impliqué dans une affaire de corruption avec l’entreprise Thalès. Un nouveau scandale qui ne fait que l’enfoncer davantage. Mais Jacob Zuma se montre confiant.

L’ex-chef d’Etat Jacob Zuma est aujourd’hui hanté par des faits qui se seraient produits lorsqu’il était vice-président du parti au pouvoir. Apparemment il aurait accepté des pots-de-vin dans le cadre d’un contrat d’armement public avec la société française, Thalès. Même si pendant un moment les charges ont été abandonnées pour vice de procédure, le procès est rouvert.

Plusieurs chefs d’accusations contre Jacob Zuma

Contre Jacob Zuma, la haute-cour de Pietermaritzburg retient 16 chefs d’accusations. L’ancien président est accusé de fraude, de trafic d’influence et d’extorsion. Celui de corruption est aussi retenu contre lui. Autant d’incriminations donc pour l’ancien président sud-africain.

L’entreprise française d’armement Thalès est aussi poursuivie par les mêmes charges. On lui reproche également d’avoir versé 235 000 euros des pots-de-vin à Jacob Zuma autour d’un contrat d’armement d’environ 3 milliards d’euros. Tous les deux ont donc des comptes à rendre à l’Etat sud-africain.

De prétendues persécutions

Pour Jacob Zuma, il serait victime de persécutions. Et ce nouveau procès le prouve à suffisance. Pour sa défense, l’ancien président va devoir compter sur une nouvelle équipe juridique. Ce qui a conduit naturellement au report du procès à une date ultérieure. Occasion donc pour ses avocats de mieux se préparer.

« M. Zuma est prêt pour son procès, il a toujours été prêt », a tout de même fait savoir son avocat Me Thabani Masuku. Outre cela, plus de 200 témoins sont attendus dans le cadre de ce procès qui peut être considéré comme l’un des plus importants.

Selon le calendrier, ils devaient être entendus jusqu’au 20 juin si tout se passe normalement. Tout compte fait Jacob Zuma compte bien prouver son innocence quoi que ça lui coute.

Previous

Etats généraux de l’Eco : l’économiste Kako Nubukpo répond aux accusations de Nathalie Yamb

Next

Normalisation des relations Rwanda-France : Paul Kagamé rencontre Macron et des officiers français à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]

Mouvement de grève en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l'injustice

Mobilisation en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l’oppression et l’injustice

Rédaction

En Guinée, un mouvement de protestation d’envergure nationale a été déclenché par les 13 centrales syndicales du pays. Ces dernières appellent à une grève générale et illimitée à partir du lundi 26 février. Cette mobilisation vise à dénoncer la flambée des prix des denrées de première nécessité et à exiger la levée de la censure […]

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DES ATELIERS SANKARISTES

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DU PREMIER ATELIER SANKARISTE

Rédaction

La « cité du cavalier rouge » a abrité le samedi 24 février 2024, le premier des Ateliers Sankaristes. Il a rassemblé les acteurs de la société civile, les journalistes, la jeunesse composée en majorité des étudiants de l’Université Norbert ZONGO de Koudougou. Le discours d’ouverture de l’étape 1 des Ateliers Sankaristes a été prononcé […]