lundi, juin 24 2024

Sur les marchés en Centrafrique, les ménages sont confrontés à des prix en hausse. Une situation qui rend de plus en plus pénible la subsistance des citoyens. Alors dans le cœur des populations c’est le grand désarroi. Elles espèrent surtout une amélioration très prochaine de leurs conditions de vie.

Ces dernières années, en République centrafricaine, le taux d’inflation des biens de consommation a oscillé entre -7,0% et 24,6%. Selon la Banque mondiale, en 2021, le pays a connu une inflation évaluée à 4,3%. C’est à dire qu’un produit de consommation courante qui coutait auparavant 100 Francs est désormais facturé 437,68 Francs début 2022. Ces prix en hausse inquiètent les centrafricains.

Les prix en hausse, un calvaire qui ne dit pas son nom

Face à ces prix en hausse, les ménages subissent le drame en silence. Elles sont donc contraintes à revoir leurs modes de vie. Nombreux sont-ils à ne plus pouvoir subvenir à leurs besoins comme il se doit. Alors la pression de l’impuissance s’accumule, sans qu’ils n’aient d’autres choix que de composer avec.

« Nous vivons un calvaire qui ne dit pas son nom. Dans chaque foyer, les gens s’arrangent pour ne manger qu’une fois. Puisqu’on ne mange qu’une fois, à partir de 15 heures, tout le monde doit être là. Ceux qui ne sont pas là n’ont pas le droit au plat », a confié Raphaël, un père de famille.

Pire encore, à quelques pas de la rentrée qui s’annonce, la situation est d’autant plus compliquée pour les parents d’élèves. « L’école m’a donné quelques listes, mais je n’ai pas eu l’argent pour toutes les fournitures. J’ai calculé, ça fait 35 500 francs CFA [54, 30 euros] », s’est-il plaint.

Lire Aussi :  CHERTÉ DE LA VIE AU TOGO : FAURE GNASSINGBÉ AUGMENTE LES SALAIRES ET PENSIONS

Une effrayante hausse des prix

Du coté des commerçants, les prix en hausse de plusieurs produits, sont surtout dus aux couts élevés des transports. Alors ils sont obligés d’imputer ces coûts aux prix des produits, même si ça n’arrange pas les populations dont le pouvoir d’achat est resté stagnant. « C’est par rapport aux tracasseries routières, à la douane… », a expliqué, Célestin, Commerçant détaillant.

« Tout a augmenté. La viande, même les petits poissons qu’on appelle  »morts-vivants ». Tout est cher ! Même le manioc ! », interpelle pour sa part Habiba. Même son de cloche pour Livia, qui n’en peut plus. « L’huile, c’est très cher. Maintenant, un litre d’huile s’achète 1 500 francs CFA, alors qu’avant, c’était 700 ou 800 francs CFA ».

Les solutions miraculeuses du président Faustin-Archange Touadéra sont vivement attendues. Espérons qu’elles ne tarderont pas à être mises en place par les autorités compétentes.

 

El Professor

Previous

Niger : « L’armée coloniale “Barkhane” doit partir », exige le M62

Next

Affaire Guy Nzouba Ndama : règlement de compte politique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Contrôle des prix au Sénégal : Une mesure cruciale pour assurer l'impact des baisses tarifaires

Contrôle des prix au Sénégal : Une mesure cruciale pour assurer l’impact des baisses tarifaires

Investigateur Africain

Le Sénégal a récemment annoncé des mesures visant à réduire les prix des produits de consommation courante tels que le riz, l’huile et le pain, en réponse aux préoccupations croissantes concernant le coût de la vie. Cette décision, prise le 13 juin 2024, intervient dans un contexte où de nombreux ménages sénégalais ressentent une pression […]

Enlèvement au Niger : Le FPJ exige la libération de Bazoum en échange du Préfet de Bilma

Enlèvement au Niger : Le FPJ exige la libération de Bazoum en échange du Préfet de Bilma

Investigateur Africain

Alors que la junte nigérienne avait confirmé l’enlèvement vendredi 21 juin du préfet de Bilma et de sa délégation, cette même attaque a été revendiquée samedi 22 juin par le Front patriotique pour la justice (FPJ). Ce groupe politico-militaire, dont c’est la première action connue, diffère du Front patriotique pour la libération (FPL), qui a […]

Bangui : Les habitants terrifiés par les vols et assassinats

Insécurité à Bangui : Les habitants terrifiés par les vols et assassinats

Investigateur Africain

En Centrafrique, la capitale Bangui est en proie à une vague de vols à main armée et d’assassinats, plongeant ses habitants dans l’anxiété et l’inquiétude. Les quartiers sud et est de la ville sont particulièrement touchés, avec des incidents violents devenus monnaie courante. Les habitants appellent les autorités à renforcer la sécurité pour endiguer cette […]