mardi, juin 18 2024

Au Gabon, l’ancien président de l’Assemblée nationale Guy Nzouba Ndama, n’est pas au bout de ses peines. Il est impliqué dans une affaire choquante et scandaleuse de blanchiments de capitaux, qui risque d’enfoncer à jamais sa carrière politique. La justice gabonaise quant à elle, est déterminée à montrer le bon exemple.

Pour rappel, samedi dernier, alors qu’il revenait du Congo-Brazzaville, l’opposant gabonais Guy Nzouba Ndama a été interpellé à la frontière congolo-gabonaise avec des valises pleines d’argent liquide. Dans ses affaires, 1,19 milliard de francs CFA, soit 1,5 million d’euros, ont été retrouvé grâce au contrôle douanier. Malheureusement, il est encore difficile d’établir l’origine de ces fonds et à quoi ils étaient destinés à servir.

Guy Nzouba Ndama soupçonné de détention irrégulière de fonds

Avant d’être transféré dans la capitale, l’opposant Guy Nzouba Ndama a été placé en garde à vue à Franceville pendant 3 jours. Selon la substitut du procureur, plusieurs charges pèsent contre, le chef du parti Les Démocrates. En premier, il est soupçonné de détention irrégulière de fonds. Mais cette charge a finalement été abandonnée.

En second, une accusation de blanchiment de capitaux et intelligence avec une puissance étrangère portant atteinte aux intérêts diplomatiques et économiques du pays, est aussi évoqué. C’est à dire, un possible financement de l’opposition gabonaise par le pouvoir congolais. A cela s’ajoute une tentative de corruption sur un agent. Mais grâce à sa remarquable défense, l’opposant a été libéré dans la soirée du mardi 20 septembre 2022.

Pour ses avocats, les accusations qui pèsent contre leur client seraient infondées. Car les fonds saisis par les autorités appartiennent à Guy Nzouba Ndama. En clair, c’est le fruit de ses années de travail aux plus hautes fonctions de l’État.

Lire Aussi : DÉTOURNEMENT DE FONDS PUBLICS AU GABON : IKE NGOUONI À LA BARRE DES ACCUSÉS

Une humiliation publique

Pour les membres de son parti, Guy Nzouba Ndama serait simplement victime d’un règlement de compte politique. Surtout quand on prend en compte le fait que son interpellation ait été rendu virale sur les réseaux sociaux. Tout est presque orchestré pour lui nuire, estiment ils. En d’autres termes, il s’agit d’une arrestation arbitraire avec le pouvoir en place à la manette.

« Voyager avec cet argent n’est pas une infraction. Et si infraction il y avait, elle serait douanière, avec une simple amende. On dirait que les autorités ont tâtonné pour trouver des fautes qui n’existaient pas », a exprimé Me Anges Kevin Nzigou, l’un de ses avocats. Me Martial Loundou Dibangoyi, pour sa part dénonce de nombreux vices de procédure d’une grossièreté implacable.

En ces temps de vie chère, les populations quant à elles, sont toujours sous le choc de voir une personnalité publique trimballer sur lui autant d’argent. Alors l’affaire Guy Nzouba Ndama alimente les conversations dans bien de lieux publics. Il faut le préciser, l’argent découvert dans les bagages de l’opposant a été reversé au Trésor public gabonais. Du coté du Congo, des organisations de la société civile exigent une enquête conséquente pour démêler le vrai du faux.

 

El Professor

Previous

Prix en hausse : Les centrafricains sérieusement en agonie

Next

Centrafrique : l’idée d’une nouvelle constitution dérange

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]