mardi, juillet 23 2024

Une mesure du gouverneur a causé la paralysie du transport à Kinshasa cette semaine. En effet, pour lutter contre la propagation du virus de la Covid-19, le gouverneur de Kinshasa a décidé lundi de réduire de moitié, le nombre de passagers dans les transports en commun. Une décision qu’il a hélas, regrettée, et vite retiré le mercredi.

Le gouverneur Gentiny Ngobila ne s’attendait pas à ce que sa mesure provoque une paralysie du transport à Kinshasa. C’est pourquoi, une fois le constat fait, des conséquences qu’elle a engendré, il est revenu sur sa décision.

Des passagers à pied

Dans le cadre du renforcement des mesures de prévention contre le Coronavirus, le gouverneur de Kinshasa a pris, le lundi 21 juin 2021, un arrêté dans lequel il imposait aux conducteurs de véhicules de transport en commun de ne prendre que la moitié de la capacité totale en places assises de passagers. En clair, les véhicules ne seront remplis qu’à 50% de leurs capacités.

Mais la réaction des différents personnes concernées par cette décision a provoqué une paralysie du transport à Kinshasa. Dans la mise en pratique de cette décision, certains transporteurs ont préféré garer purement et simplement leurs véhicules pour éviter des pertes. Les plus téméraires ont dû doubler pratiquement le coût des transports.

Face à cela, les passagers ont préféré faire leurs courses à pied. En somme, une paralysie du transport à Kinshasa de façon presque totale, a été observée, durant toute la journée de mercredi. Et des sentiments de colère des gens obligés de vaquer à leurs occupations à pied.

Réaction du gouverneur face à la paralysie du transport à Kinshasa

La réaction du gouverneur ne s’est pas fait attendre. Ayant constaté les dégâts causés par sa décision, le gouverneur a tenu une réunion d’urgence au cours de la soirée. De commun accord avec le général Sylvano Kasongo, chef de la police de la capitale congolaise, le gouverneur de la province de Kinshasa a décidé de suspendre la mesure de 50% de passagers à bord des véhicules de transport en commun.

 

« Nous revenons d’une réunion à laquelle a participé le gouverneur. Il a été décidé, qu’à partir de jeudi, seul le port du masque est obligatoire dans les véhicules de transport en commun. Il ne faut pas oublier que la police ne tolérera pas les personnes debout dans les véhicules. Tout le monde doit être assis. La police ne contrôlera plus le respect de 50% », a indiqué le chef de la police de Kinshasa, Sylvano Kasongo.

Comme quoi, la paralysie du transport à Kinshasa peut se révéler plus dangereuse que le virus lui-même.

Esso A.

Lire aussi: TAXIS-BROUSSE À MADAGASCAR, INTERDICTION POUR TRANSPORT DE CERTAINES MARCHANDISES

Previous

Climat des affaires au Congo-Brazzaville: des améliorations fortement attendues

Next

Groupe de russes au Tchad: espionnage ou tourisme, des suspicions demeurent!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]