samedi, mars 2 2024

Une mesure du gouverneur a causé la paralysie du transport à Kinshasa cette semaine. En effet, pour lutter contre la propagation du virus de la Covid-19, le gouverneur de Kinshasa a décidé lundi de réduire de moitié, le nombre de passagers dans les transports en commun. Une décision qu’il a hélas, regrettée, et vite retiré le mercredi.

Le gouverneur Gentiny Ngobila ne s’attendait pas à ce que sa mesure provoque une paralysie du transport à Kinshasa. C’est pourquoi, une fois le constat fait, des conséquences qu’elle a engendré, il est revenu sur sa décision.

Des passagers à pied

Dans le cadre du renforcement des mesures de prévention contre le Coronavirus, le gouverneur de Kinshasa a pris, le lundi 21 juin 2021, un arrêté dans lequel il imposait aux conducteurs de véhicules de transport en commun de ne prendre que la moitié de la capacité totale en places assises de passagers. En clair, les véhicules ne seront remplis qu’à 50% de leurs capacités.

Mais la réaction des différents personnes concernées par cette décision a provoqué une paralysie du transport à Kinshasa. Dans la mise en pratique de cette décision, certains transporteurs ont préféré garer purement et simplement leurs véhicules pour éviter des pertes. Les plus téméraires ont dû doubler pratiquement le coût des transports.

Face à cela, les passagers ont préféré faire leurs courses à pied. En somme, une paralysie du transport à Kinshasa de façon presque totale, a été observée, durant toute la journée de mercredi. Et des sentiments de colère des gens obligés de vaquer à leurs occupations à pied.

Réaction du gouverneur face à la paralysie du transport à Kinshasa

La réaction du gouverneur ne s’est pas fait attendre. Ayant constaté les dégâts causés par sa décision, le gouverneur a tenu une réunion d’urgence au cours de la soirée. De commun accord avec le général Sylvano Kasongo, chef de la police de la capitale congolaise, le gouverneur de la province de Kinshasa a décidé de suspendre la mesure de 50% de passagers à bord des véhicules de transport en commun.

 

« Nous revenons d’une réunion à laquelle a participé le gouverneur. Il a été décidé, qu’à partir de jeudi, seul le port du masque est obligatoire dans les véhicules de transport en commun. Il ne faut pas oublier que la police ne tolérera pas les personnes debout dans les véhicules. Tout le monde doit être assis. La police ne contrôlera plus le respect de 50% », a indiqué le chef de la police de Kinshasa, Sylvano Kasongo.

Comme quoi, la paralysie du transport à Kinshasa peut se révéler plus dangereuse que le virus lui-même.

Esso A.

Lire aussi: TAXIS-BROUSSE À MADAGASCAR, INTERDICTION POUR TRANSPORT DE CERTAINES MARCHANDISES

Previous

Climat des affaires au Congo-Brazzaville: des améliorations fortement attendues

Next

Groupe de russes au Tchad: espionnage ou tourisme, des suspicions demeurent!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]