samedi, mars 2 2024

Au sein du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), le parti de l’ex-président Kaboré, on assiste ces derniers jours au départ de plusieurs membres du bureau politique national. Mais les raisons évidentes de ces démissions massives ne sont pas du tout connues. Apparemment, la création d’un nouveau parti politique est envisagée par les membres en partance.

Depuis le coup d’Etat orchestré contre le président, Roch Marc Christian Kaboré, le 24 janvier, le MPP semble en très mauvaise posture. Ceci d’autant plus que le parti majoritaire était miné par des dissensions internes. C’est-à-dire que plusieurs membres étaient en quête subtile du fauteuil présidentielle. Alors l’instabilité actuelle parait pour eux comme une excellente opportunité à exploiter.

Un abandon du navire MPP

D’après la lettre adressée au président du MPP, 46 membres du bureau politique national du parti ont annoncé leur départ. Ils ont invoqué des motifs personnels sans donner suffisamment de détails. Dans le lot des démissionnaires figurent des noms comme Abdoulaye Mossé, ancien député et Ousmane Nacro, ancien ministre.

Selon les indiscrétions cette désolidarisation avec le MPP n’a pour but que de se dédouaner des échecs du parti. En gros, un certain opportunisme politique qui fragilise sévèrement le parti.

« Ils peuvent quitter le sinistre MPP et aller où ils veulent. Mais si c´est pour se cacher, qu´ils se détrompent. Beaucoup d´entre eux sont notoirement connus pour avoir organisé ou participé au saccage de biens publics et domiciles privés. Ou encore, pour avoir trempé dans de sales affaires », s’est indigné un citoyen.

Lire aussi: TRANSITION AU BURKINA FASO : VERS UNE NOUVELLE CONFISCATION ÉTERNELLE DU POUVOIR PAR LES MILITAIRES ?

La création d’un nouveau parti politique

« Après avoir quitté le CDP pour rejoindre le MPP, vous débarquez du MPP. Où irez-vous maintenant ? Ayez au moins le courage de vos actes et assumez en les conséquences. Faites la politique par conviction et pour le bien du pays et non pas par pur calcul et pour vos intérêts », a rajouté un autre citoyen très déçu par cette vague de démission au MPP.

Selon un ex-député démissionnaire, la prochaine étape en vue après ce retrait du MPP, c’est la formation d’un nouveau parti politique. Ce dernier va regrouper plusieurs responsables ou personnalités clés des principaux partis politiques. « Nous allons fusionner et créer un parti fort et solide. Il faut qu’on évite un second coup d’État dans ce pays », a-t-il fait savoir.

« Ces démissions sont un non événement car le pays lui-même est par terre. Et si c’est pour aller créer des partis politiques encore dans l’univers infernal du Burkina actuel c’est aussi un non événement. Le peuple en a marre MARRE ET MARRE des anciens tous assoiffés de pouvoir et du sang du peuple burkinabé. Ce qui importe au Burkina en ce moment c’est la sécurité et rien que la sécurité mais hélas hélas »

 

El Professor
Mot clé : MPP

Previous

Sommet de Lomé : Faure Gnassingbé champion d’Afrique de la cybersécurité

Next

Démolition des résidences en Guinée : Cellou Dalein Diallo victime de la junte ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]