dimanche, juillet 21 2024

Hier jeudi 20 octobre, des manifestations au Tchad ont conduit à de violents heurts entre les forces de l’ordre et populations. Résultat des affrontements, une cinquantaine de morts et 300 blessés dénombrés à la fin de cette journée meurtrière selon les autorités. Même si le calme est revenu, la tension est encore palpable dans le pays.

A l’origine de ces manifestations au Tchad, un plan de succession dynastique qu’il ne faudrait pas du tout accepter, selon les contestataires. Ils s’opposent au fait que le dialogue national inclusif et souverain organisé du 20 août au 8 octobre, ait décidé, de prolonger de deux ans la transition. Alors qu’il devait initialement prendre fin hier. Le fait que les dirigeants de la transition pourront être candidats aux prochaines élections, dérange également la sensibilité. Alors ces manifestations au Tchad bien qu’interdites étaient un moyen pour les manifestants d’exprimer leur ras le bol du système.

Les manifestations au Tchad, une insurrection armée

Selon, le Premier ministre Saleh Kebzabo, s’il y a des personnes à indexer principalement dans le cas de ces violences, ce sont les organisateurs des manifestations. Car ils ont été les instigateurs de tout ce désordre public. Ces manifestations au Tchad n’avaient pour but que de déstabiliser l’appareil étatique. « Ce qui s’est passé ce jeudi est une tentative de coup d’État », a-t-il déclaré.

« C’était une insurrection populaire en vue de s’emparer du pouvoir par la force, c’est ce qu’il s’est passé aujourd’hui et pas autre chose, ce n’était pas une marche pacifique », a expliqué le nouveau chef du gouvernement. Et de préciser, « les forces de l’ordre doivent respecter certaines consignes, celles de ne pas tirer à balles réelles sur les manifestants. 1 : ce n’était pas des manifestants. 2 : les forces de l’ordre devaient se défendre ».

Lire Aussi : VIOLENTS HEURTS AU TCHAD : UNE CINQUANTAINE DE PERSONNES TUÉES

Un massacre opéré par les services de sécurité

Dans le camp des contestataires, l’appréciation de ces manifestations au Tchad est toute autre. Ils soutiennent l’argument selon lequel, les forces de sécurité auraient fait un usage excessif de la force conduisant donc à cette lourde perte en vies humaines. Par conséquent, elles devraient assumer la responsabilité de leurs actes.

« Saleh Kebzabo semble ignorer totalement la réalité puisque ce sont les agents habillés en civil qui ont commencé à tirer à mater à balles réelles, y a aucune insurrection comme il le dit, mais c’était un massacre opéré par les services de sécurité qui ont tiré à balles réelles », a déclaré Yaya Dillo, le président du Parti socialiste sans frontières.

« Le gouvernement fera régner l’ordre sur l’ensemble du territoire et ne tolèrera plus aucune dérive d’où qu’elle vienne », a assuré M. Kebzabo.

 

El Professor

Previous

Violents heurts au Tchad : une cinquantaine de personnes tuées

Next

Burkina Faso : Le capitaine Traoré devient officiellement président de la transition

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]