vendredi, mars 1 2024

Ce vendredi 21 octobre, c’est au cours d’une sobre cérémonie que le capitaine Traoré a pris officiellement les rennes du Burkina Faso. Il a été investi président de la transition et chef de l’Etat devant la hiérarchie militaire, les forces paramilitaires, les autorités coutumières et religieuses.

Les présidents d’institution, et d’autres invités spéciaux triés sur le volet étaient également présents lors de cette cérémonie d’investiture du capitaine Traore Ibrahim. Notons que le nouvel homme fort du Burkina succède donc au colonel Damiba qui a fait quelques mois à la tête du pays.

Le capitaine Traoré à la reconquête du territoire national occupé

Au cours de cette cérémonie, le capitaine Traoré a promis de défendre la Constitution, la charte de la transition et les lois. Il a également juré de les respecter et de tout mettre en œuvre pour garantir son respect. Alors en tant que président de la transition, il entend atteindre des objectifs précis.

« Nos objectifs, c’est la reconquête du territoire national occupé, donner un souffle de vie nouveau à tous ses compatriotes affligés et promouvoir un développement endogène », a laissé entendre le capitaine Traoré.

« Aucun sacrifice en sera de trop pour sortir le Burkina Faso de cette situation. Notre boussole sera toujours le peuple. Pour ma nation, je me battrai jusqu’au dernier souffle », a-t-il soutenu.

Lire Aussi :  BURKINA FASO : QUE FAUT-IL ATTENDRE DES ASSISES NATIONALES ?

Un appel à l’union

Pour venir à bout de ce fléau qu’est l’insécurité qui mine le pays, le président de la transition appelle les siens à une union sacrée. « Fédérons nos énergies, unissons-nous pour de vrai. Soyons solidaires, soutenons-nous. Que vous soyez burkinabè de l’intérieur ou de l’extérieur, chacun a sa contribution pour que ce pays sorte de là où il est », a-t-il martelé.

« Ma conviction est certaine. Le Burkina a des hommes capables. Le Burkina a des combattants et nous pouvons nous en sortir. Nous pouvons gagner cette bataille. Nous pouvons gagner cette guerre. Je suis convaincu et je le dis. Nous avons des combattants et nous le pouvons », a rassuré le capitaine Traoré.

 

El Professor

Previous

Manifestations au Tchad : « Ce qui s'est passé ce jeudi est une tentative de coup d'État », dixit Saleh Kebzabo

Next

Droits humains en Afrique : la FIDH toujours plus engagée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]