mardi, février 27 2024

Ces derniers jours, les rapports Mali-France ne sont pas au mieux. Les tensions entre les deux pays s’intensifient de plus belle. Au cœur de ce duel, les discussions entamées par les nouvelles autorités maliennes avec la société privée russe Wagner. Les récents virulents propos du président français Macron à l’égard de la junte au pouvoir n’arrangent rien.

Apparemment, les relations Mali-France seraient en train de prendre un nouveau tournant. Une perte de chasse gardée qui oblige Paris à durcir le ton face à son ancienne colonie. Après les clarifications ou menaces de retrait de la France du Sahel, c’est au tour du président français Emmanuel Macron de sortir de ses gonds.

Mali-France, la dégringolade

Hier, lors du diner de clôture de la saison Africa 2020 à l’Elysée, le président français, Emmanuel Macron n’a pas mâché ses mots. A l’entendre, les autorités de la transition n’ont aucun pouvoir démocratiquement reconnu. La prétendue légitimité dont elles disposent ne serait que fausse apparence. Alors elles devraient se contenir dans leurs actions ou réactions.

« Je rappelle que le Premier ministre malien est l’enfant de deux coups d’État, si je puis dire. Puisqu’il y a eu un coup d’État en août 2020 et un coup d’État dans le coup d’État. Donc, la légitimité du gouvernement actuel est démocratiquement nulle », a indiqué le président français. Sont principalement visés par ses propos, le président de la transition, le Colonel Assimi Goita et son premier ministre Choguel Maïga. Ce dernier avait clamé à la tribune de l’ONU, l’abandon du Mali par la France.

Ces mots n’ont pas du tout été appréciés par le président français qui s’est vu dans l’obligation de répliquer. « Ce qu’a dit le Premier ministre malien est inadmissible. C’est une honte. Et ça déshonore ce qui n’est même pas un gouvernement », a précisé Emmanuel Macron. Ce qui prouve à suffisance que les relations Mali-France se dégradent jours après jours.

A lire aussi: MERCENAIRES DE WAGNER AU MALI: LA FRANCE RÉITÈRE SES MENACES

La politique France-Afrique, un grand paradoxe

Au-delà de la guerre des mots entre Mali-France, il est lieu de s’interroger. Pourquoi cette contestation de la légitimité des nouvelles autorités de la transition malienne par la France? Pourquoi en ce moment précis ? Il est évident de remarquer que le positionnement de la France sur certaines questions clés relève de ses relations ou intérêts envers le pays concerné.

A l’évidence, après la mort de l’ancien président tchadien Idriss Déby Itno, la France n’a pas hésité à apporter tout son soutien au régime militaire en place. Ceci bien que tout indiquerait que ce soit un coup d’Etat constitutionnel. Par ailleurs, le fils Déby a même été reçu à l’Elysée. Malheureusement, dans des conditions identiques, la légitimité des autorités de la transition malienne est, quant à elle aujourd’hui, contestée.

Jusqu’où la France serait prête à aller pour préserver ses intérêts à tout prix au Mali et sur tout le continent africain ? Le Duel Mali-France annonce-t-il le déclin de Paris en termes de diplomatie d’Influence en Afrique ?

Un respect des engagements

Dans son intervention, Emmanuel Macron a aussi convié la junte au pouvoir à tenir coûte que coûte ses engagements. C’est-à-dire une organisation très rapide des prochaines élections. « Ce que j’attends, c’est que le processus électoral soit fait, que ceux qui sont là par le fruit d’un coup d’État respectent la vie démocratique et arrêtent de mettre en prison les dirigeants politiques », interpelle Emmanuel Macron.

Et de poursuivre « nous allons continuer les projets de développement au Mali aux côtés de la communauté internationale. Mais ce travail ne peut pas être fait si les dirigeants ne prennent pas leurs responsabilités », a-t-il souligné. Quoi qu’il en soit, le bras de fer Mali-France se poursuit.

A lire aussi: AFFAIRE WAGNER : POURQUOI CETTE DÉFERLANTE DE PRESSION SUR LES AUTORITÉS MALIENNES ?

El Professor
Mot Clé : Mali-France

Previous

Mercenaires de Wagner au Mali: la France réitère ses menaces

Next

Guinée: investiture de Doumbouya, le CNRD prêt à relever le défi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]

Mouvement de grève en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l'injustice

Mobilisation en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l’oppression et l’injustice

Rédaction

En Guinée, un mouvement de protestation d’envergure nationale a été déclenché par les 13 centrales syndicales du pays. Ces dernières appellent à une grève générale et illimitée à partir du lundi 26 février. Cette mobilisation vise à dénoncer la flambée des prix des denrées de première nécessité et à exiger la levée de la censure […]

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DES ATELIERS SANKARISTES

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DU PREMIER ATELIER SANKARISTE

Rédaction

La « cité du cavalier rouge » a abrité le samedi 24 février 2024, le premier des Ateliers Sankaristes. Il a rassemblé les acteurs de la société civile, les journalistes, la jeunesse composée en majorité des étudiants de l’Université Norbert ZONGO de Koudougou. Le discours d’ouverture de l’étape 1 des Ateliers Sankaristes a été prononcé […]