dimanche, février 25 2024

Dans les vastes plantations de Côte d’Ivoire, un désastre agricole se profile à l’horizon. Les fruits de la passion, l’un des joyaux exotiques du pays, sont en proie à une maladie dévastatrice et mystérieuse. Les agriculteurs locaux, autrefois témoins d’une abondance florissante, sont aujourd’hui confrontés à une lutte désespérée pour sauver leurs récoltes.

Alors que les chercheurs et les experts s’efforcent de comprendre la nature de cette épidémie non identifiée, les conséquences économiques et sociales de cette catastrophe imminente pèsent lourdement sur le pays. En attendant la découverte d’un remède salvateur, les fruits de la passion jadis luxuriants sont désormais menacés de disparition.

Une rareté croissante des fruits de la passion

Au cours des deux à trois dernières années, la disponibilité des fruits de la passion sur les étals des marchés ivoiriens est devenue de plus en plus problématique. En l’espace de cinq ans, le prix de ce fruit a connu une augmentation spectaculaire, passant de 500 à 3 000 francs CFA par kilo, soit une multiplication par six.

Cette flambée des prix témoigne de la rareté croissante des fruits de la passion, soulignant ainsi la gravité de la situation. Les consommateurs et les agriculteurs sont de ce fait confrontés à des défis économiques majeurs. Alors ils en quête de réponses à cette crise agricole qui frappe durement l’industrie fruitière ivoirienne.

D’Azaguié à Tiassalé, une fois de plus, une cruelle déception s’abat sur les champs de passiflore cette année. En scrutant leurs champs, plusieurs cultivateurs sont frappés par l’absence totale de fruits. Les feuilles se teintent de jaune, les tiges prennent une teinte brunâtre et leur croissance est brutalement stoppée. Alors ils sont nombreux à s’interroger sur l’étrange maladie qui affectent les champs de passiflore.

Lire Aussi : SCANDALE À MADAGASCAR : UN RAPPORT ACCABLANT SECOUE LA FILIÈRE DE LA VANILLE

Une étrange maladie qui contamine tous les champs de passiflore du pays

Cette scène désolante témoigne de l’impact dévastateur d’une menace insaisissable. Les espoirs de récolte prometteuse s’évanouissent, laissant place à l’incertitude et à l’inquiétude quant à l’avenir de cette culture vitale. Mamadou Soumahoro rejoint ainsi le triste cortège des agriculteurs confrontés à cette énigme agricole qui frappe impitoyablement les champs de passiflore.

« Aucune idée de son nom, c’est une maladie qui nous a surpris comme ça. Bon, je ne sais pas si c’est un truc du sol, mais seulement, je n’ai aucune idée de cette maladie-là. Toute la région, jusqu’à Tiassalé, il y a ce problème. J’ai des collègues là-bas, ils disent que c’est un problème pour avoir un sceau de passion. C’est une maladie générale, c’est un peu partout », a-t-il exprimé.

Face à cette situation alarmante, le Centre national de recherche agronomique (CNRA) a été contacté pour obtenir des réponses, mais malheureusement, il reste dans l’incertitude. Les experts de cette institution n’ont pas de solutions claires à proposer pour résoudre ce mystère qui menace les cultures.

Cependant, d’autres spécialistes émettent l’hypothèse de la maladie de la tache brune comme possible responsable de cette calamité. Cette suggestion ouvre une piste de recherche pour comprendre les origines de la détérioration des cultures et apporter des mesures de prévention et de lutte adaptées. Dans cette course contre la montre pour sauver les fruits de la passion, la coopération entre scientifiques, agriculteurs et institutions devient cruciale pour trouver des réponses et endiguer cette maladie rampante.

 

Sandrine A.

Previous

Génération en mouvement au Togo : Les jeunes de Tchaoudjo rêvent grand pour leur communauté

Next

Corruption persistante en Afrique : Amnesty International appelle à des actions urgentes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

Rédaction

Le vendredi 23 février 2024, a eu lieu à la résidence Cendrillon à Koudougou, le lancement officiel des Ateliers Sankaristes. Lesquels font référence à des sessions de formation, de discussion ou d’éducation basées sur les idéaux et la philosophie de Thomas Sankara, l’ancien président du Burkina Faso. C’est à l’occasion d’une conférence de presse conduite […]

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]