mardi, juillet 23 2024

Depuis plusieurs semaines, dans le nord-ouest du Nigéria, les populations subissent de façon impuissante, les assauts de bandits. Comme à leurs habitudes, ils s’en sont pris à trois villages de l’État de Zamfara, Sabon Garin, Kalahé et Damri. Résultats, une centaine de personnes mortes et des blessés.

Apparemment, jours après jours les bandits ne cessent d’améliorer leur technique de nuisance. Conséquence, les populations sont obligées de vivre constamment dans la peur. Malgré les récentes opérations militaires menées par l’armée pour démanteler ces réseaux de bandits, ils demeurent une véritable gêne. Toutefois, la série d’enlèvement a baissé d’intensité.

Une barbarie commise par des bandits

Dans leur désir de constamment semer la terreur, les bandits ne faiblissent pas dans leurs manœuvres. Cette fois ci, ils ont attaqué un hôpital et tués de nombreux patients. A cela s’ajoute des véhicules de police incendiés. Le bilan de ces événements sanglants fait état de 32 morts dont 2 membres des forces de sécurité.

Le bilan aurait pu être plus lourd, si ce n’ait été l’intervention de l’armée. Cela a surtout permis de repousser ces groupes de criminel et de leur empêcher de partir avec leurs butins.

Pour le moment, les motivations conduisant à cette série de violences orchestrées par les bandits sont encore méconnues. Mais tout porte à croire, qu’ils sont plus poussés par la recherche du gain qu’une quelconque idéologie.

Lire aussi : INSTABILITÉ AU NIGÉRIA: LE BANDITISME ET LE TERRORISME ONT PRIS UNE NOUVELLE DIMENSION

Une détermination du président Buhari

Contre cette insécurité permanente au Nigéria, le président Muhammadu Buhari, n’a cessé d’afficher sa détermination à lutter contre ce fléau. Malheureusement, les groupes de bandits se font toujours virulentes. Aussi, forces de sécurité nigérianes sont confrontées à un manque de moyens et d’effectifs. Ce qui porte un sérieux coup à la riposte gouvernementale.

Quoi qu’il en soit, les forces de sécurité nigérianes sont conviées à tout faire pour mettre fin immédiatement au plus vite à ces horribles massacres. Les populations, elles, sont dans l’attente de réelles solutions pouvant permettre d’enrayer de manière définitive ces attaques.

D’après l’ONG Acled, plus de 2 600 civils ont été tués en 2021 par les bandits, soit une augmentation de 25 % par rapport à 2020.

 

Sandrine A

Previous

Lutte contre la désertification : la cote d’ivoire accueille la COP 15

Next

Qui est Amadou Soumahoro, l’ex-président de l'Assemblée nationale ivoirienne décédé ce week-end ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]