dimanche, juillet 21 2024

Les Démocrates, le parti d’opposition de l’ancien chef de l’État Boni Yayi, ne prendra pas part aux législatives prochaines au Benin. C’est ce qui ressort de la liste définitive des candidatures validées, publiée par la Commission électorale Nationale Autonome (CENA), hier mercredi 16 novembre.

En effet, sur 8 listes déposées auprès de la Cena, seules cinq ont finalement été retenues pour concourir aux législatives prochaines. Il s’agit entre autres de Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), du Mouvement Populaire de Libération (MPL), du Mouvement des Elites Engagées pour l’Emancipation du Bénin (MOELE-BENIN), de Union Progressiste le Renouveau (UP-R) et du Bloc Républicain (BR).

Une grande absence aux législatives prochaines

Une fois encore, le principal parti d’opposition sera absente lors de ce rendez-vous électoral du 8 janvier 2023. Son absence est due au non-respect des conditions de validation des candidatures fixée par le nouveau code électoral béninois. C’est à dire un défaut de quitus fiscal pour certains candidats de leur liste.

Il a manqué dans le dossier du parti Les Démocrates quatre attestations fiscales, dont trois pour arriérés d’impôts. Le fisc réclamait 1,5 milliards FCFA d’arriérés d’impôts à trois des candidats du parti. Or avec la loi électorale, c’est du tout ou rien : un seul dossier incomplet invalide toute une liste. Par conséquent la liste de candidature du principal parti d’opposition a été invalidée.

Lire Aussi :   LÉGISLATIVES 2023 AU BÉNIN : L’OPPOSITION DE NOUVEAU SUBTILEMENT ÉCARTÉE ?

Une dernière bataille

Pour ne pas perdre toute chance, les responsables du parti ont aussitôt porté un recours devant la Cour constitutionnelle, le juge du contentieux électoral. Alors dans son recours, le parti demande à ce qu’on les autorise à remplacer les quatre candidats au dossier incomplets par d’autres militants à jour. Ils espèrent au vu de leurs arguments, pouvoir être candidats aux législatives prochaines.

« Ce qui est arrivé n’est pas notre faute. C’est une faute de l’administration. Nous avons formulé un recours. L’administration a attendu quatre jours plus tard après la fin du dépôt des dossiers avant de notifier ces observations-là donc. Nous avons demandé à la Cour de constater que cette faute est une faute de l’administration financière », explique le responsable national des opérations du parti, Jules Lodjou.

 

El Professor

Previous

CNSS AU GABON : un audit interne tourne au cauchemar

Next

Soudan : La situation sécuritaire est préoccupante, estime Volker Turk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]