jeudi, février 29 2024

Les élections législatives en Centrafrique se tiendront sans la coalition de l’opposition (COD 2020). Elle ne participera plus au processus électoral. C’est l’annonce qui a été faite hier mardi 02 février. Cette décision du regroupement de partis d’opposition intervient suite aux résultats définitifs proclamés par la cour constitutionnelle.

Les législatives en Centrafrique ont eu lieu le dimanche 27 décembre en même temps que la présidentielle. D’après les résultats validés par la cour constitutionnelle, le lundi dernier, seul 22 députés ont été retenus sur 140 au premier tour. Ce verdict ne semble pas être du tout au gout de la coalition de l’opposition qui estime qu’elle a été volontairement écartée. En bref, il s’agit d’une mascarade électorale.

Législatives en Centrafrique, un processus calamiteux

Pour la Coalition de l’opposition démocratique (COD-2020), son retrait entier du processus électoral est tout à fait justifié. Elle estime que la Cour constitutionnelle n’a pas soigneusement rempli sa mission. C’est-à-dire qu’elle n’a pas examiné minutieusement les griefs très bien fondé sur les fraudes électorales, les cas de violences et autres irrégularités formulées dans les recours qui lui ont été adressés.

« Vous n’avez qu’à voir les résultats qui ont été proclamés par la cour constitutionnelle, aucun leader de l’opposition démocratique n’a été élu au 1er tour », a déploré Nicolas Tiangaye. « Le processus est complètement vicié et nous ne pouvons pas, par notre participation, cautionner une caricature électorale. C’est la raison pour laquelle nous avons pensé nous retirer de ce processus électoral », a-t-il expliqué.

Législatives en Centrafrique, un second tour compliqué

Sur les 140 sièges que compte l’assemblée nationale, seul 22 sièges ont pu trouver preneurs lors de ce premier tour. Alors les 118 sièges restants seront bientôt soumis à une nouvelle bataille dans les urnes. Ce score restreint est dû au fait que le vote n’a pu être effectué dans certaines localités du pays, en raison de l’insécurité crée par la coalition de groupes rebelles (CPC).

Mais l’organisation de ce second tour des législatives en Centrafrique va être très compliqué. Depuis plus d’un mois environ, le pays est toujours sujet à une vague d’insécurité grandissante. Ce qui menace et fragilise la stabilité du pays. Donc pour l’heure, il difficile de dégager une date précise pour ce nouveau scrutin.

Lire aussi: Côte d’Ivoire / Législatives: le RHDP paré pour la victoire contre une opposition divisée

Previous

Congo-B: Raymond Malonga, le DP du journal « Sel-Piment », interpellé

Next

Arrivée du vaccin AstraZeneca en Afrique du Sud: un grand espoir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]