mercredi, février 28 2024

Au Bénin, la règle des parrainages requise pour être candidat à la présidentielle prochaine a du mal à passer aussi bien chez les opposants qu’auprès de la société civile. Alors, ces derniers ont déposé des recours devant la Cour constitutionnelle. Soit cinq recours en tout pour contester cette règle.

Selon la règle des parrainages, les partis politiques doivent désormais recueillir 16 parrainages afin de pouvoir présenter un candidat à l’élection présidentielle au Bénin. Ceci conformément à la loi électorale modifiée en novembre 2019. Or, seul le président Patrice Talon est capable de répondre strictement à cette obligation. Cette nouvelle règle si elle est maintenue, met sérieusement à mal les autres candidats qui ne pourront pas se présenter aux élections.

Une contestation nécessaire contre la règle des parrainages

Pour se faire entendre à tout prix, les acteurs de la société civile et plusieurs opposants ont dû recourir à la haute juridiction étatique qu’est la Cour constitutionnelle. Auprès de cette juridiction, ces requérants veulent obtenir la suppression de la règle des parrainages. C’est-à-dire l’inapplicabilité de cette disposition.

« L’application de la loi rendra en fait la démocratie impossible. C’est contraire à l’essence des réformes politiques conduites par le chef de l’Etat », avait affirmé Ralmeg Gandaho. Il se fonde sur le soutien massif dont jouit le chef de l’Etat béninois. 83 députés et plus de 90% des élus locaux sont du camp de Patrice Talon.

Une alternance repoussée

Pour Ralmeg Gandaho, le collège de parrains prévu par la loi ne laisse aucune possibilité d’alternance en 2021. Alors, il souhaiterait que les citoyens aient la liberté de choisir ceux qui sont sensés les gouverner les prochaines années. Partant sur cette base, les personnes ayant des idées contraires doivent être simplement écartées.

Selon Nadin Kokodé, de la diaspora béninoise, la souveraineté du peuple serait menacée. Surtout si on tient compte du fait que le Parlement qui a introduit cette réforme était monocolore. Il ne constitue qu’une simple chambre d’exécution pour le président.

Patrice Talon, quant à lui, promet que tout le monde pourrait participer aux prochaines élections. « La FCBE et surtout Les Démocrates, en attente du récépissé de son existence légale, iront aux élections », a déclaré le président lors de sa tournée nationale. Pour rappel, la date de la présidentielle au Bénin est fixée au 11 avril 2021.

Lire aussi : LIBERTÉS POLITIQUES : LA FRANCE RETIRE LE BÉNIN DE LA LISTE DES PAYS SÛRS

Previous

Côte d’ivoire : Passeport diplomatique de Gbagbo Laurent, les formalités de renouvellement officiellement entamées

Next

Conflit au Tigré : la communauté internationale intensifie ses appels pour mettre fin aux combats

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]