jeudi, juin 13 2024

La capitale centrafricaine désormais accessible aux camions de marchandises. Après être longtemps bloqués à la frontière avec le Cameroun, ils ont enfin pu atteindre Bangui. Le convoi est arrivé le mardi 16 février. Le gouvernement a mis en place les mesures idoines pour permettre à ces transporteurs d’arriver sain et saufs.

Depuis décembre dernier, la coalition des groupes rebelles (CPC) perturbe sérieusement la tranquillité et la sécurité des citoyens. Elle a même réussi à instaurer un blocus autour de la capitale. En clair une asphyxie de Bangui qui est privée de presque tout. Mais la contre-offensive menée ces derniers jours par le gouvernement commence par porter ses fruits.

Les marchandises dans la capitale centrafricaine sous bonne escorte

Pour réussir à atteindre la capitale centrafricaine qui était difficile d’accès, les transporteurs ont pu compter sur l’aide précieuse des forces armées centrafricaines et ses alliés. Celles-ci ont assuré la sécurité du convoi en offrant une escorte de qualité.

« J’apprécie la qualité de l’escorte que j’ai vu. Il y a même un hélicoptère en support aérien et même des escortes à moto », a confié Abakar, un des chauffeurs de cette première rotation. « C’est rassurant », avait-il rajouté.

Ce soutien leur a permis de boucler le trajet en un temps assez court. « Avant, on mettait trois ou quatre jours pour arriver à Bangui. Grâce à l’escorte, on met deux jours. Nous sommes avec les alliés russes qui nous ont escortés depuis Garoua Boulaï ».

la capitale centrafricaine désormais accessible aux camions de marchandises

Prêts à repartir de la capitale centrafricaine

Avec, l’arrivée du premier convoi de marchandises, les camionneurs se sentent déjà prêts à repartir. Et ceux qui sont restés derrière s’engagent aussi à prendre la route. « Le niveau d’escorte que j’ai vu me rassure. Il n’y a rien à craindre, je vais charger et reprendre la route », a laissé entendre Abakar.

Ces derniers jours les forces armées centrafricaines ont repris le contrôle de plusieurs villes auparavant aux mains des rebelles. A savoir Bossembele, Yaloke, Bossempte et Bouar. Le gouvernement semble avancer à grand pas vers la libération du corridor d’approvisionnement Douala-Bangui.

Cela devrait permettre également un retour de la fluidité des circulations des biens et des personnes dans la capitale centrafricaine. De quoi relancer le pays déjà assez affaibli par cette crise sécuritaire.

Lire aussi : CENTRAFRIQUE: LES FORCES ARMÉES CENTRAFRICAINES EN BONNE PROGRESSION

Previous

Prise d'Otages à Kagara au Nigéria, 27 élèves enlevés

Next

200 000 doses de vaccins covid19 du laboratoire chinois Sinopharm ont receptionnée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]