dimanche, juillet 21 2024

Au Sénégal, quelques jours après le terrible accident de la route survenu dans la nuit de samedi au dimanche 8 janvier, le gouvernement sénégalais prend donc les mesures qui s’imposent. Il espère vivement cette fois ci limité énormément les conséquences dramatiques liées à l’insécurité routière.

D’après les premiers éléments de l’enquête, un bus de transport public de voyageurs a quitté sa trajectoire après l’éclatement d’un pneu. Il a alors heurté frontalement un autre bus venant en sens inverse. Selon le bilan des autorités, au moins 39 personnes sont décédées dans la collision de deux bus. On dénombre par ailleurs 78 blessés graves rapidement pris en charge. Face à l’indignation populaire, les autorités se sont résolues au durcissement des mesures contre l’insécurité routière.

Des mesures fortes contre l’insécurité routière

Pour le gouvernement, plus que jamais, l’heure est à l’action farouche contre l’insécurité routière. Alors la réaction gouvernementale va flirter désormais entre « Prévention et sanction ». C’est à dire que des mesures fortes seront applicables pour les usagers de la route afin d’éviter le pire.

Parmi ces grandes mesures dites de rupture figure plusieurs interdictions. On peut citer entre autres l’interdiction de l’importation de pneus d’occasion, l’interdiction de circuler pour les véhicules de transports publics de voyageurs sur les routes interurbaines entre 23h et 5h du matin. Pour le transport de personnes et de marchandises, le plombage des compteurs de vitesse à 90 km/h sera aussi effectif. Des centres de contrôles techniques seront également ouverts dans les différentes régions du pays.

Lire aussi :   ACCIDENTS DE CIRCULATION EN AFRIQUE: LA MORT OMNIPRÉSENTE SUR LES ROUTES

Des citoyens encore sceptiques sur ces mesures

Les 22 recommandations annoncées à l’issue de cette rencontre à huis clos vont-elles apporter enfin les résultats espérés contre l’insécurité routière au Sénégal ? Pour le moment les citoyens ont encore de légers doutes. Beaucoup pointe le non-respect des mesures précédemment éditées.

« Le problème est partout. Les pneus avec lesquels nous circulons ont déjà roulé auparavant pendant deux ou trois ans en Europe… et les sanctions tombent sur les chauffeurs. Le grand responsable, c’est l’État. On prend des décisions qu’on n’applique pas sur la route », dénonce Maïssa Ndiaye, chauffeur de taxi. Coumba recommande pour sa part le permis à points. « Il faut que l’État sanctionne », interpelle-t-elle.

 

El Professor

Previous

Nouvelle pénurie de carburant au Cameroun : les stations-services envahies

Next

Réformes institutionnelles: un nouveau dispositif législatif pour mieux organiser la CCI-Togo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]