mercredi, juin 12 2024

Face à l’état de dégradation des infrastructures en Guinée Bissau, un prêt de la BOAD à été proposé aux autorités pour financer des projets d’infrastructures routières. Étant, prêt sera bientôt accordé aux autorités bissau-guinéennes.

Depuis son accession à l’indépendance en 1974, l’état des infrastructures en Guinée Bissau n’a pas connu grands changements. Elles sont restées presque telles quelles. C’est-à-dire que de nouvelles routes n’ont pas été véritablement construites. L’existant est quant à lui tombé dans un état de vétusté profonde. Un renouvellement s’impose à cet effet.

Un financement utile pour une réhabilitation des infrastructures en Guinée Bissau

Pour réhabiliter les différentes infrastructures en Guinée Bissau, le pays devra dans les jours à venir disposer d’une importante somme de la part de la BOAD. Il s’agit donc d’un prêt de quarante millions de dollars.

Ces fonds devront servir à remettre en état plusieurs axes routiers. C’est le cas notamment de l’axe qui relie Bissau à Buba, soit 240 kilomètres de route. Les travaux sur cette ligne vont couter cinq milliards de francs CFA. A cela s’ajoute la route qui relie la ville de Sao Domingo, à la frontière sénégalaise.

Une part des fonds alloués par la BOAD devrait également contribuer à d’autres enjeux aussi importants. C’est-à-dire la construction d’une centrale photovoltaïque de 20 mégawatts ainsi que le raccordement du réseau national au barrage hydroélectrique de Kaleta.

Des retombées positives

Pour, Brahima Diassi, directeur des Ponts et Chaussée, ces fonds viennent à point nommé. En bref, ils constituent un soulagement pour la restauration des existants en dégradation. Ce qui aurait assurément de très bonnes incidences sur l’économie du pays.

« Avec de tels financements nous osons croire que notre économie va croître parce que nous aurons facilité les déplacements sur toute la côte Ouest du continent », a déclaré Brahima Diassi. Le ministre de l’Urbanisme et des Infrastructures, Fidelis Forbes se trouve également dans la même posture.

« L’idée aujourd’hui est de renverser cette tendance pour avoir d’ici 2023, 83% de bonnes routes », avait-t-il indiqué. Les travaux de ce projet ambitieux portant sur la réhabilitation des infrastructures en Guinée Bissau, vont débuter en mars après décaissement des premiers financements.

Lire aussi : GUINÉE : QUE CACHE LA FERMETURE UNILATÉRALE DES FRONTIÈRES ?

Previous

Niger / Elections : « nous n’avons aucun doute sur notre victoire », assure Barké Moustapha

Next

Les groupes rebelles en Centrafrique tentent de prendre Bangui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]