jeudi, avril 18 2024

Les groupes rebelles en Centrafrique ont menés une attaque ce mercredi 13 janvier 2021 contre la base de la Minusca dans le nord de Bangui. Des échanges de tirs corsés ont donc été entendus dans les alentours de la capitale Bangui.

Depuis un bon moment déjà, la situation sécuritaire en Centrafrique est très critique. Les groupes rebelles en Centrafrique sème le chao au sein des populations. Plusieurs villes à l’intérieur du pays sont passées sous le contrôle des coalitions armés. Plusieurs personnes ont d’ailleurs préféré fuir la ville pour se réfugier en brousse, ou dans les pays voisins.

Des groupes rebelles en Centrafrique repoussés

Selon les informations confirmées par la Minusca, sa base a été effectivement attaquée par des groupes rebelles en Centrafrique, notamment des hommes armés. L’attaque aurait eu lieu vers 6 heures du matin, à PK11-PK12. C’est-à-dire à l’entrée nord de la capitale. Mais cet assaut des rebelles n’a été que de très courte durée.

« Les assaillants venus en effectifs élevés pour prendre Bangui ont été vigoureusement repoussés », a déclaré le Premier ministre Firmin Ngrebada sur son compte Facebook. Cette riposte aurait été conjointement menée avec les forces armées centrafricaines.

Il en est de même dans les autres localités où les rebelles ont mené des assauts parallèles. Principalement vers PK9 sur la route de Mbaïki où l’avancée des rebelles été rapidement interrompue.

Un retour au calme

A l’heure actuelle, le calme semble revenu. Toutefois, ce calme reste précaire car les attaques pourraient resurgir à n’importe quel moment. Les efforts sont donc coordonnés par les autorités pour sécuriser la zone contre les groupe rebelles en Centrafrique.

Aussi, des hélicoptères survolent la capitale en permanence. De quoi rassurer les habitants. Les déplacements des populations ont repris vers 11h à PK11. Ce qui atteste d’une nette amélioration de la situation dans la capitale.

Quoi qu’il en soit, les autorités centrafricaines peuvent compter sur la présence des troupes rwandaises et des forces russes. Depuis la formation de la coalition armée en décembre dernier, elles soutiennent sur le terrain les forces armées centrafricaines. D’autres renforts sont également attendus.

Lire aussi : CENTRAFRIQUE : LES RECOURS SE FONT NOMBREUX AUPRÈS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

Previous

Infrastructures en Guinée Bissau: un prêt de la BOAD pour réhabiliter les routes

Next

Conflit au Tigré: les dirigeants du TPLF en Éthiopie arrêtés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]