lundi, juin 24 2024

Depuis la confiscation du pouvoir par le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), la Guinée est plongée dans une crise politique profonde. Et l’interdiction des manifestations dans tout le pays ne font qu’attiser la colère des opposants qui se sentent privés de leur liberté d’expression. Face à cette situation, les protestations et avertissements se multiplient, notamment de la part de Foniké Menguè, une figure de premier plan de l’opposition guinéenne.

Il faut souligner que Foniké Menguè, le coordonnateur national du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), a été libéré par le régime militaire du colonel Doumbouya, il y a seulement deux mois. Dans une déclaration récente, Menguè a clairement déclaré que le CNRD ne sera pas toléré et que des mesures seront prises pour s’opposer à leur prise de contrôle. Cette situation souligne les tensions croissantes et la résistance de l’opposition face à la nouvelle direction du pays, jetant une ombre sur l’avenir politique de la Guinée.

Un régime de la transition qui ne rassure pas trop

Pour l’opposant Foniké Menguè, les autorités de la transition sont dans une logique ou stratégie subtile de confiscation du pouvoir. Par conséquent, l’annonce du colonel Doumbouya de ne pas se porter candidat pour les prochaines présidentielles serait probablement un leurre. Car rien ne garanti que la transition militaire s’achèvera à la fin de l’année prochaine et que son président quittera lui-même le pouvoir.

« Ça ne me rassure pas trop, parce qu’en réalité, les militaires ne veulent pas quitter le pouvoir. Cela s’explique par le fait que tous ceux qui sont opposés à cette conduite unilatérale de la transition soient, certains en prison, d’autres en exil. Personne ne peut aujourd’hui donner son point de vue, un point de vue qui est contraire à la volonté du CNRD. En le faisant, la personne peut se retrouver facilement en prison », a dénoncé Foniké Menguè.

Lire Aussi : DISSOLUTION DU FNDC EN GUINÉE : LE MOUVEMENT DÉNONCE UNE INTIMIDATION DU CRND

Une mascarade de dialogue selon Foniké Menguè

Le coordonnateur national du FNDC estime également que le dialogue confié au Conseil national de transition, le CNT, ne saurait apporter les résultats attendus. « Le dialogue que le CNRD appelle dialogue, c’est une situation où tous ceux qui sont dedans sont d’accord avec tout ce que dit le CNRD. En ce moment, il n’y a pas de dialogue puisqu’ils sont tous d’accord. Le jour où le CNRD sera vraiment d’accord, afin qu’on s’asseye autour d’une table pour dialoguer autour de la transition, en présence de la Cédéao et du G5, ce jour, nous trouverons la véritable solution et vous verrez que tout rentrera dans l’ordre », a-t-il indiqué.

Et de poursuivre « ce qui est sûr, nous allons reprendre nos réunions, et suite aux réunions, vous savez que nous allons encore partir en manifestations. Nous ne laisserons pas faire par le CNRD ce que nous n’avons pas laissé faire par monsieur Alpha Condé. Si nous avons lutté contre la confiscation du pouvoir par monsieur Alpha Condé, nous allons continuer la lutte contre la confiscation du pouvoir par le CNRD ».

 

Tony A.

Previous

Grève des magistrats au Tchad: Pas de réquisition acceptée

Next

Côte d'Ivoire : le plus grand parc d'expositions d'Afrique de l'Ouest voit le jour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Contrôle des prix au Sénégal : Une mesure cruciale pour assurer l'impact des baisses tarifaires

Contrôle des prix au Sénégal : Une mesure cruciale pour assurer l’impact des baisses tarifaires

Investigateur Africain

Le Sénégal a récemment annoncé des mesures visant à réduire les prix des produits de consommation courante tels que le riz, l’huile et le pain, en réponse aux préoccupations croissantes concernant le coût de la vie. Cette décision, prise le 13 juin 2024, intervient dans un contexte où de nombreux ménages sénégalais ressentent une pression […]

Enlèvement au Niger : Le FPJ exige la libération de Bazoum en échange du Préfet de Bilma

Enlèvement au Niger : Le FPJ exige la libération de Bazoum en échange du Préfet de Bilma

Investigateur Africain

Alors que la junte nigérienne avait confirmé l’enlèvement vendredi 21 juin du préfet de Bilma et de sa délégation, cette même attaque a été revendiquée samedi 22 juin par le Front patriotique pour la justice (FPJ). Ce groupe politico-militaire, dont c’est la première action connue, diffère du Front patriotique pour la libération (FPL), qui a […]

Bangui : Les habitants terrifiés par les vols et assassinats

Insécurité à Bangui : Les habitants terrifiés par les vols et assassinats

Investigateur Africain

En Centrafrique, la capitale Bangui est en proie à une vague de vols à main armée et d’assassinats, plongeant ses habitants dans l’anxiété et l’inquiétude. Les quartiers sud et est de la ville sont particulièrement touchés, avec des incidents violents devenus monnaie courante. Les habitants appellent les autorités à renforcer la sécurité pour endiguer cette […]