dimanche, février 25 2024

Pour accéder au pouvoir, certains partis politiques font recours à des pratiques illégales dans le financement des campagnes électorales. Conséquences, ils se retrouvent bien souvent, sous la houlette de leurs pourvoyeurs. Et finalement, c’est le pays qui subtilement devient un otage.

C’est ce que révèle, le rapport d’enquête et d’analyse sur « L’opacité du financement politique à Madagascar », conduit par Transparency International Initiative Madagascar. Sont principalement concernées par l’illégal financement des campagnes électorales, les présidentielles 2013 et 2018. Lors de ces temps forts de la politique malgache, de grosses dépenses ont été effectuées par des candidats sans qu’on se puisse en cerner l’origine.

Des financements de campagne douteux

L’enquête menée par TI-IM sur le financement des campagnes électorales à Madagascar a permis de faire des découvertes intéressantes. Il s’agit notamment des arrangements fallacieux qui s’opèrent entre les candidats en complicité avec leur parti et des entreprises ou individus puissants, étrangers ou non. Cette pratique se résume sous l’appellation « capture de l’État par des intérêts privés ».

Ce soutien financier apporté à ces candidats se transforme plus tard en redevabilité. Et ce sont les secteurs productifs et stratégiques du pays qui sont parfois donnés en récompense.

« On peut constater que dans certains secteurs, il y a des décisions qui sont prises par le régime actuel qui laissent penser qu’il y a un retour d’ascenseur vis-à-vis des de ces entités, personnes ou entreprises privées qui ont ou auraient pu financer la dernière campagne présidentielle », a expliqué Mialisoa Randriamampianina, chargée du programme sur l’intégrité politique chez TI-IM.

Plus de transparences

Pour éviter ces violations à l’avenir, de la loi régissant, campagnes et élections, il est suggéré plus de transparence en ce qui concerne le financement des campagnes électorales. A cet effet, une proposition de réforme de la loi est en cours. Elle devrait permettre une plus grande traçabilité des fonds employés durant la campagne.

Outre cela, la nouvelle mesure permettra d’inscrire un plafonnement des fonds. Il sera également question de doter les instances de contrôles d’outils légaux pour sanctionner ou recadrer les contrevenants.

« Notre soupçon, c’est que des entités qui ne disent pas leur nom sont en train de décider à la place de nos décideurs et de décider pour les citoyens malgaches », a déploré Mialisoa Randriamampianina. « Nous pensons que les pratiques d’opacité de financement des campagnes électorales, contribuent à prendre l’État malgache en otage », a-t-elle renchérit.

Lire aussi: MADAGASCAR : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE PRIX PLANCHER DE LA VANILLE À 250 DOLLARS LE KILO

 

Sandrine A

Previous

Lutte contre le terrorisme: l’armée burkinabé en mauvaise posture

Next

Coup d’Etat au Soudan: le général Al-Burhane réinstalle Abdallah Hamdok dans ses fonctions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

Rédaction

Le vendredi 23 février 2024, a eu lieu à la résidence Cendrillon à Koudougou, le lancement officiel des Ateliers Sankaristes. Lesquels font référence à des sessions de formation, de discussion ou d’éducation basées sur les idéaux et la philosophie de Thomas Sankara, l’ancien président du Burkina Faso. C’est à l’occasion d’une conférence de presse conduite […]

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]