jeudi, avril 18 2024

A Conakry, des craintes vives sont exprimées contre l’ex-président guinéen Alpha Condé. Il serait soupçonné de masquer sa fuite de la justice guinéenne avec son départ pour la Turquie. Même si des raisons de santé sont invoquées, le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), y voit une échappatoire avec la complicité des autorités en place.

Rappelons qu’en début mai, la justice a engagé des poursuites contre l’ex-président guinéen Alpha Condé. Il en est de même pour 27 autres personnalités politiques. On reproche surtout à l’ex-président guinéen Alpha Condé, des actes d’assassinats, de torture et d’enlèvements. Ceux-ci auraient été commis lors de son dernier mandat.

Une autorisation suspecte

D’après les avocats du FNDC, l’autorisation de quitter le territoire, accordée à l’ex-président guinéen serait ambiguë. Ceci du fait que les poursuites sont encore en cours. Aussi, les populations quant à elles attendent vivement que justice soit faite. Alors les questions sur ce départ s’accumulent.

« On sait aussi que des poursuites ont été diligentées par la justice guinéenne, ce qui suppose donc qu’un contrôle soit exercé par le parquet guinéen. Est-ce que ce contrôle a eu véritablement lieu, sur quel texte cette décision d’autorisation a été prise et est-ce que cette décision a été prise moyennant une interférence de la junte militaire au mépris de l’indépendance de la justice ? », s’interroge l’avocat du FNDC, Maître Thierry Brengarth.

Lire aussi : TRANSITION EN GUINÉE : LE CNRD MUSÈLE TOUTES LES FORCES SOCIALES ET POLITIQUES

Une fuite présumée de l’ex-président guinéen

Pour le moment, aucun détail n’a été donné sur l’état de santé d’Alpha Condé. Il en est de même sur les garanties liées à son retour ni sur la durée du séjour d’Alpha Condé. Les autorités guinéennes quant à elles ont invoqué jusque-là des raisons humanitaires pour justifier le départ de l’ancien président guinéen pour la Turquie.

Selon Maître Thierry Brengarth, cet état de fait a de quoi inquiéter. « Non seulement nous exprimons des craintes vives par rapport au risque qu’Alpha Condé ne se présente pas devant la justice guinéenne, et nos craintes sont renforcées par ce qui est à l’origine de cette autorisation et donc, peut-être, par le biais d’une violation de l’indépendance judiciaire », a-t-il exprimé.

Autres informations cruciales, Alpha Condé aurait voyagé sans son médecin personnel, et sans escorte des forces spéciales. Selon un observateur, même si Alpha Condé est absent, la justice peut continuer son travail, le « processus est déjà engagé », tente-t-il de rassurer.

Sandrine A

Previous

Somalie : Abshir Aden Ferro appelle à l’unité nationale

Next

Assemblées annuelles de la BAD : Akinwumi Adesina insiste sur la nécessité de justice climatique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]