samedi, avril 20 2024

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la perte de deux soldats sud-africains mi-février près de Sake. Cette tragédie a ravivé le débat sur la présence des troupes sud-africaines dans le conflit congolais.

La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC en RDC suscite des débats et des critiques au sein de la société sud-africaine, alimentés par les récents événements tragiques survenus sur le terrain. Alors que les autorités sud-africaines défendent leur action et promettent un soutien adéquat aux troupes, des discussions entre chefs d’État visent à renforcer la coordination et l’efficacité de la mission régionale en RDC.

Défense et justification des autorités Sud-africaines pour la SADC

L’opposition en Afrique du Sud a exprimé des critiques sévères à l’égard de la participation de l’armée sud-africaine dans le conflit en RDC. Julius Malema, chef du parti de l’EFF, a vivement réagi, appelant au retrait immédiat des troupes sud-africaines. Il a qualifié l’armée de sous-équipée et mal préparée, affirmant qu’elle ne serait même pas apte à surveiller une ferme. Selon lui, les coupes budgétaires ont gravement affaibli l’armée, la rendant incapable de mener des opérations complexes telles que celles en RDC.

Lire Aussi : MOBILISATION EN GUINÉE : LES TRAVAILLEURS SE DRESSENT CONTRE L’OPPRESSION ET L’INJUSTICE

Face aux critiques, les autorités sud-africaines se sont défendues en assurant que les soldats envoyés en RDC étaient correctement formés et équipés. La ministre de la Défense, Thandi Modise, a promis de fournir tout le matériel nécessaire pour assurer la sécurité des troupes déployées. Elle a également exprimé ses condoléances aux familles des deux soldats décédés, tout en soulignant l’engagement du gouvernement à assurer la sécurité de ses forces.

En parallèle, des discussions entre chefs d’État ont eu lieu en Namibie pour aborder la situation dans l’est de la RDC. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, accompagné de ses homologues congolais, malawite et burundais, a cherché à renforcer la coordination entre les pays participant à la mission de la SADC en RDC. Ces réunions visent à réaffirmer l’engagement des troupes et à améliorer la coordination pour garantir l’efficacité de la mission.

 

Sandrine A.

Previous

Mobilisation en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l'oppression et l'injustice

Next

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

5ème République : le Togo adopte à l'unanimité une nouvelle Constitution

5ème République : les députés togolais adoptent à l’unanimité une nouvelle Constitution

Investigateur Africain

Dans un moment historique empreint de changement et d’espérance, le Togo franchit une étape décisive vers une transformation politique majeure (5ème République). Après des délibérations intenses et une relecture minutieuse, ce vendredi 19 avril 2024 en séance plénière, les députés togolais ont voté à l’unanimité en faveur de l’adoption d’une nouvelle constitution. La nouvelle constitution […]

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

Investigateur Africain

Suite à l’expulsion du français DIETRICH Thomas Pierre du sol togolais, le procureur de la République a tenu à faire des éclaircissements sur la situation. Les explications ont donc été données via un communiqué paru le 18 avril 2024. DIETRICH Thomas Pierre, un imposteur COMMUNIQUE DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE Le 03 avril 2024, monsieur […]

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Rédaction

Après de larges consultations menées par les députés togolais avec toutes les parties prenantes de la vie nationale, le pays se tient au seuil d’un moment historique. Celui de redéfinir les fondements de son gouvernement et de sa société après relecture du nouveau projet de constitution. Le Togo va-t-il finalement passer d’un régime fort présidentiel […]