samedi, mars 2 2024

Au Niger, le traitement par les autorités de l’affaire relative au détournement de fonds au ministère de la défense suscite une vague d’indignation. Il est reproché au gouvernement un laxisme ou une certaine forme de complaisance à l’égard des auteurs de cette forfaiture.

Pour tirer tout au clair, le gouvernement est sorti de son silence pour clarifier les zones d’’ombre et afficher sa position sur cette question de détournement de fonds. Rappelons qu’en 2020, un audit des dépenses du ministère de la Défense nationale avait révélé en 2020 un détournement de dizaines de milliards de francs CFA. Les fonds en question avaient été détournés par le bais des surfacturations, de fausses factures ou des commandes non livrées.

Un renoncement à se constituer partie civile

Selon l’opposition et la société civile, le fait pour l’Etat du Niger de renoncer à une partie de la procédure judiciaire est inconcevable. Ils estiment que l’acte de restitution des sommes détournées par les présumés coupables ne peut constituer une raison suffisante pour ne plus se porter partie civile.

Les populations craignent surtout que cette manière d’opérer du gouvernement risquerait d’encourager de manière inconsciente les détournements de fonds. Par conséquent, des mesures plus fermes sont attendues.

Selon Tidjani Idrissa Abdoulkadri, porte-parole du gouvernement, le recouvrement des 12 milliards de FCFA a naturellement débouché sur le bouclage du volet civil de la procédure judiciaire. Place est désormais faite aux autorités compétentes pour poursuivre

Une poursuite des auteurs dudit détournement de fonds

En ce qui concerne les prétendues agissements biaisés du gouvernement pour étouffer cette affaire de détournement de fonds, il n’en est rien, a précisé Tidjani Idrissa Abdoulkadri.

« Il n’y a aucune intention du gouvernement d’éteindre l’affaire. Contrairement à ce que les gens pensent, c’est bel et bien le gouvernement qu’il faut saluer dans sa volonté d’assainir et de combattre la corruption et toutes les malversations ».

Par conséquent, les suspects de ce détournement de fonds seront bel et bien poursuivis pour leur forfaiture. De plus, c’est à la justice que revient la responsabilité de donner suite au dossier. « Le dossier est toujours devant les tribunaux et la procédure va suivre son cours. Et les personnes qui sont concernées feront l’objet d’une décision de justice qui va intervenir. La question d’un procès, c’est du ressort de la justice », a exprimé le porte-parole du gouvernement.

Lire aussi: DRAME AU NIGER: DES CLASSES PAILLOTES ATTISENT LA COLÈRE DES POPULATIONS

Sandrine A

Previous

Confiscation du pouvoir au Soudan : la mobilisation contre le putsch se durcit

Next

Sanctions contre le Mali: la junte au pouvoir se braque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]