samedi, mars 2 2024

Afin de limiter l’application excessive de la détention préventive en Guinée, le ministre de la justice a pris certaines initiatives. Celles-ci visent surtout à permettre dans les jours à venir de désengorger plusieurs prisons du pays. Le Garde des Sceaux espère ainsi améliorer énormément le système judiciaire du pays.

Notons que le système judiciaire guinéen depuis plusieurs années est confronté à des défis majeurs. A cela s’ajoute le désintérêt de la population à l’égard de la justice et l’existence d’une justice traditionnelle parallèle qui supplante la justice institutionnelle. Alors sans s’en rendre compte, la détention préventive s’est faite régulière et les procès toujours en attentes.

Une série de mesures contre la détention provisoire

Conformément à la note de service adressée aux différents parquets et aux chefs de juridiction, de nouvelles mesures devraient être effectives. Car d’après Maître Moriba Alain Koné, le ministre de la Justice, la détention préventive est appliquée de manière quasi-systématique.

Par conséquent, des mesures correctrices se doivent d’être prises. A cet effet, pour réduire drastiquement le nombre de détenus dans les prisons, le Garde des Sceaux guinéen exige la tenue d’audiences criminelles au plus tard le 31 juillet.

Par ailleurs, une liste nominative de tous les détenus par juridiction, est vivement attendue. La durée et le motif de leur détention doivent être également précisée. Pour ce qui est de la détention provisoire, elle ne devrait être ordonnée qu’en cas d’absolue nécessité.

Lire aussi : INTERDICTION DE MANIFESTER EN GUINÉE : SOCIÉTÉ CIVILE ET LES PARTIS POLITIQUES REFUSENT D’OBÉIR

Plus de moyens pour le système judiciaire

Pendant de nombreuses années, les autorités s’efforcent tant bien que mal à répondre aux besoins des justiciables. Mais le manque de moyens conséquents s’érige en barrière. Le budget alloué à ce secteur s’avère insuffisant. L’état des infrastructures administratives prouvent suffisamment aussi cette situation.

« Les mêmes problèmes relevés par le ministre sont soulevés par notre organisation. C’est-à-dire l’absence de moyens logistiques pour le transport des détenus. La majorité des juridictions aussi disent qu’elles ont la volonté d’organiser les procès, mais qu’elles n’ont pas de budget de fonctionnement », a déclaré Alseny Sall, porte-parole de l’OGDH.

« Les déclarations ne suffisent pas, pour régler le problème. Il faut aussi des politiques vraiment concrètes », a -t-il rajouté. Tout compte fait, malgré des bonnes volontés ponctuellement constatées, il y a nécessité de réformer le secteur de la justice. Cela permettra d’en finir pour de bon avec l’usage abusé de la détention préventive.

 

El Professor

Previous

Inflation au Ghana : l’inaction du gouvernement dénoncée

Next

Manifestations meurtrières à Khartoum : le départ des militaires toujours exigé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]