samedi, mars 2 2024

La détention de Mohamed Ould Abdel Aziz, ancien président mauritanien, ne cesse d’alimenter les polémiques. Pour ses soutiens, il s’agit surtout d’une machination politique. Une information démentie par les autorités mauritaniennes à la suite du Conseil des ministres de mercredi dernier. 

Les raisons évoquées par le gouvernement quant à la détention de Mohamed Ould Abdel Aziz pourraient mettre fin aux spéculations qui vont bon train. Depuis le mardi 22 juin 2021, il a été placé sous mandat de dépôt par rapport à plusieurs faits qui lui sont reprochés. Il est question de délits économiques et faits de corruption mentionnés dans le rapport d’une commission parlementaire sorti en juillet 2020. Les faits évoqués ont eu lieu au cours de ses deux mandats, notamment de 2008 à 2019.

Un problème judiciaire et non politique

Pour les autorités mauritaniennes, la détention de Mohamed Ould Abdel Aziz n’a aucun lien politique. Apparemment l’ancien président n’aurait pas respecté les mesures de son contrôle judiciaire. Il s’agit d’une affaire purement judicaire et les magistrats s’attèlent à faire correctement leur travail avec éthique.

« Nous sommes dans un pays de droit et vous le savez, il y a une séparation des pouvoirs », a déclaré Moctar Ould Dahi, porte-parole du gouvernement.

Pour le rapporteur de la commission d’enquête, Yahya el Waqf, il faudrait laisser la justice exécuter en toute liberté sa mission. « Il s’agit d’une commission d’enquête parlementaire qui a transféré ce dossier à la justice. À partir de là, il s’agit d’un problème judiciaire. Donc, nous avons tous intérêt à le laisser dans ce cadre-là », a-t-il laissé entendre.

A lire aussi: https://linvestigateurafricain.tg/inculpation-du-president-abdel-aziz/

Une détention de Mohamed Ould Abdel Aziz, jugée arbitraire

Pour la défense de l’ancien président, l’accusation manque terriblement de preuves. Alors ce procès est biaisé. Par conséquent, les avocats de l’ex-président exigent un procès équitable.

« Qu’on nous donne les moyens de savoir ce que l’on reproche exactement à Mohamed Ould Abdel Aziz, l’ancien président de la République, et quels sont les faits et les preuves, et les éléments qui soutiennent ces accusations », a fait savoir Maître Taleb Khiyar.

Par ailleurs, ses avocats estiment que la détention de Mohamed Ould Abdel Aziz constitue une violation de ses droits. C’est-à-dire un véritable mépris de l’article 93 de la Constitution. Celui-ci garantit une immunité à Mohamed Ould Abdel Aziz en tant qu’ancien chef de l’État. Outre cela, seule une Haute cour de justice est habilitée à l’envoyer en prison. Ce feuilleton judiciaire n’est pas prêt de s’arrêter de sitôt.

A lire aussi : https://linvestigateurafricain.tg/president-mohamed-ould-abdel-aziz/

Tony AMETEPE

Previous

Forum de Bamako : Jonas Aklesso Daou, l’entrepreneur togolais qui crée de l’impact en Afrique

Next

Climat des affaires au Congo-Brazzaville: des améliorations fortement attendues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]