jeudi, juin 13 2024

La CVRR en Gambie (Commission Vérité, Réconciliation et Réparations) a mis un terme, jeudi 27 mai 2021, à ses auditions. Celles-ci étaient destinées à faire la lumière sur les atrocités ayant eu lieu sous la houlette de Yahya Jammeh. Les travaux de la CVRR en Gambie ont duré deux ans. Ses conclusions et propositions au gouvernement gambien sont fortement attendues.

Les auditions de la CVRR en Gambie ont été largement accessibles aux populations pour faciliter une réelle réinitialisation dans le pays. C’est-à-dire que les auditions de la CVRR en Gambie ont été retransmises sous divers formats et supports. Il s’agit notamment de la télévision, de la diffusion en direct et publications sur papiers. Il était permis au public de consulter les archives du site Web de la CVRR et de pouvoir récupérer des entrevues enregistrées.

Un travail fastidieux de la CVRR en Gambie

Durant ses travaux, la CVRR en Gambie a permis aux victimes et aux bourreaux de vider leur sac. Ce qui a donc laissé place à des récits choquants, aussi surprenants les uns que les autres. Ont donc été entendus lors de ces auditions de la CVRR en Gambie plus de 370 témoins. Parmi eux se trouvaient des chefs de la police et des renseignements, d’anciens membres du gouvernement, des « junglers » aussi.

De nombreux récits font état d’actes de tortures, de meurtres et des abus sexuels qui ont eu lieu sous le règne de Yahya Jammeh. En clair, d’énormes violations de droits de l’homme ont eu lieu. Lesquelles ne devraient pas rester impunies.

Des poursuites contre Yahya Jammeh

Selon plusieurs personnes auditionnées par la CVRR en Gambie, Yahya Jammeh serait le principal responsable des violations des droits humains commises sous son règne. Par conséquent, pour les familles des victimes, des poursuites pénales devraient être engagées contre lui. C’est le même son de cloche du côté des ONG et de la société civile.

L’ancien président Yahya Jammeh est actuellement en exil en Guinée équatoriale, mais les populations exigent son extradition. Ainsi, il pourra répondre de ses actes devant une cour hybride Gambie-Cédéao que propose Human Rights Watch.

Previous

Centre culturel francophone au Rwanda : symbole de la normalisation des relations avec Paris

Next

Génocide en Namibie : l’Allemagne reconnait ses responsabilités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]