jeudi, février 29 2024

Sur instruction du ministère des affaires étrangères français, les établissements culturels subventionnés par l’État ont été sont sommés de suspendre leur coopération artistique avec certains pays d’Afrique. Il s’agit notamment du Mali, Niger, Burkina Faso. Ladite mesure de suspension s’appliquerait jusqu’à nouvel ordre.

Cette absence temporaire de coopération artistique avec ces pays n’est pas sans impact sur le secteur culturel. Il en est de même pour certains acteurs, qui voient en cette mesure une politique inappropriée de la France. Il faut noter que l’ancienne puissance coloniale est très décriée ces dernières années sur le continent. Et ses prises de position sur plusieurs questions ou faits politiques, de même que ses deux poids deux mesures n’arrangent en rein sa perte d’influence.

La coopération artistique une arme d’influence de la France ?

Selon les instructions, dictées par le ministère des Affaires étrangères, les artistes maliens, nigériens et burkinabè ne pourraient obtenir leur visa pour la France. Aucune exception ne sera faite pour eux. Depuis le 7 août déjà, les ressortissants de ces pays sont privés de visa, pour des raisons sécuritaires et les tensions actuelles d’après le gouvernement français.

« Tous les projets de coopération qui sont menés par vos établissements ou vos services avec des institutions ou des ressortissants de ces trois pays doivent être suspendus, sans délai, et sans aucune exception. Tous les soutiens financiers doivent également être suspendus, y compris via des structures françaises, comme des associations par exemple. De la même manière, aucune invitation de tout ressortissant de ces pays ne doit être lancée. À compter de ce jour, la France ne délivre plus de visas pour les ressortissants de ces trois pays sans aucune exception, et ce jusqu’à nouvel ordre », peut-on lire dans le message.

Lire Aussi : BROUILLE DIPLOMATIQUE : LE BÉNIN ENVISAGE UNE AGRESSION CONTRE LE NIGER ?

Des scènes perturbées

Pour les centres dramatiques et chorégraphiques nationaux et les scènes nationales, cette mesure, sans précédent est une véritable entorse à la coopération artistique et à l’image de la France. « Aucune déprogrammation d’artistes, de quelque nationalité que ce soit, n’est demandée ni par le ministère des affaires étrangers, ni par le ministère de la Culture », a expliqué le ministère à travers un communiqué. Et de préciser, « cette décision n’affecte pas les personnes qui étaient titulaires de visas délivrés avant cette date ou qui résident en France ou dans d’autres pays.

D’après le syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac), une erreur politique majeure, et ses répercussions sont déjà visibles aussi bien sur les artistes tant sur les promoteurs de spectacles. Et ce n’est pas du tout ça l’idéologie qu’a toujours prôné la France.

« Il y a des interprètes dans les distributions de certains de nos spectacles pour qui on se battait déjà depuis quelques jours pour essayer d’obtenir le visa. Et là, l’injonction qui a été reçue a précisé que oui, ce serait très problématique d’accueillir ces artistes-là pour ces créations. On est directement impactés dans la programmation, il va nous manquer du monde et on en est très attristés », s’est plaint Quentin Carrissimo-Bertola, secrétaire général du festival des Francophonies.

 

Tony A.

Previous

Sénégal : hémorragie au sein de la coalition au pouvoir

Next

Togo : Qui est Calixte Madjoulba, le nouveau "Monsieur Sécurité" de Faure GNASSINGBÉ ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]