samedi, mars 2 2024

Pour trouver un dénouement au conflit au Mali, l’opposition est sortie de son rôle critique traditionnel. Elle a par le biais du Cadre des partis pour une transition réussie émise des idées qui si elles sont appliquées pourraient créer une issue pour le cas malien. C’était au cours d’un séminaire organisé par le parti.

Cette intervention de l’opposition malienne survient à quelques jours de la fin de la période initialement prévue pour la transition. La junte au pouvoir va-t-elle accepter ces propositions et les mettre en pratique ? Qu’en est-il du bras de fer engagé envers l’instance sous régionale qu’est la « CEDEAO » ? Même si les populations arrivent à tenir face aux sanctions économiques cela ne saurait durer. Une solution devrait être trouvée au plus vite à ce conflit au Mali qui se fait persistante.

Un rapide dénouement du conflit au Mali

Selon le Cadre des partis pour une transition réussie, plusieurs suggestions sont à prendre en compte pour décanter le conflit au Mali. Parmi les propositions, il ressort le devoir des autorités en place la revue de la durée de prolongation de la transition source de conflit avec la CDEDAO. Celle-ci devrait être ramenée à neuf mois au lieu de quatre ans.

L’opposition estime ce temps suffisant pour opérer les réformes nécessaires à un rapide retour à l’ordre constitutionnel. Par ailleurs, elle propose la mise en place d’une nouvelle transition avec un gouvernement de mission conduit par un Premier ministre neutre. La personne de Choguel Maïga semble inconvenante à leurs yeux.

Le renouvellement du Conseil national de transition (CNT), est aussi vivement souhaité. Des mesures d’ouvertures en termes de négociations avec la CEDEAO sont aussi attendues.

Une perte de reconnaissance des autorités actuelles

A compter du 25 mars prochain, le Cadre des partis pour une transition réussie annonce aussi qu’elle ne reconnaitra plus les militaires au pouvoir. Ce qui pourrait se traduire par une certaine perte de légitimité au regard dix-huit mois, que devait durer initialement la transition selon la Charte de transition.

En clair, les militaires ont failli à leur engagement de restaurer l’ordre constitutionnel dans les délais prévus. Ce qui maintient donc la continuité du conflit au Mali. Toutefois, il faut souligner les efforts des autorités maliennes à restaurer le dialogue avec la CEDEAO. La création d’un mécanisme de concertation avec la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’UA (Union Africaine) a été annoncée. Espérons que ce cadre d’échange aboutira à l’adoption d’un chronogramme consensuel pouvant mettre fin à la crise au Mali.

Lire aussi:  DISPONIBILITÉ DE LA CEDEAO À ACCOMPAGNER LE MALI : DES SANCTIONS À LA NÉGOCIATION ?

 

El Professor

Previous

Révolte contre le Putsch au Soudan : des figures politiques farouchement traquées et arrêtées

Next

Programme Afrique-Europe : 150 milliards d’euros d’investissements en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]