samedi, mars 2 2024

Le lien historique entre la France et les nations africaines a longtemps façonné les relations politiques, économiques et culturelles entre les deux continents. Cependant, ces dernières années, la France en Afrique est sérieusement décriée. Et visiblement des voix se font de plus en plus entendre au sein du pays européen, exprimant des préoccupations quant à la perte d’influence et à la transformation des rapports avec ses partenaires africains.

De ce fait la question de la « chute de la France en Afrique », voire sa disparition progressive soulève un débat complexe, où la diplomatie, l’économie et la géopolitique s’entremêlent. Pour exprimer cette déception vis-à-vis de la politique française en Afrique, 94 sénateurs français ont adressé une lettre ouverte au président Emmanuel Macron. Ces derniers contestent vigoureusement la politique du président français sur le continent noir. Cela nous amène naturellement à nous interroger sur les inquiétudes croissantes parmi les députés français au sujet de la disparition progressive de l’influence française en Afrique ? Il y a-t-il des facteurs sous-jacents ? Quelles seraient les implications potentielles pour les relations franco-africaines et au-delà ?

Une politique désastreuse de la France en Afrique

D’après les députés français issus de plusieurs bords politiques, la présence de la France en Afrique est un échec cuisant. Elle n’a été que dissimulation de plusieurs échecs non avouables. Mais malheureusement, pendant plusieurs années, de nombreux gouvernements français ont été interpellés sans succès hélas. Ce qui a conduit à la reculade à laquelle nous assistons ces dernières années avec une France indésirable sur le continent. « La France doit partir », lit-on souvent dans les manifestations des populations qui exigent souvent son départ.

« Aujourd’hui le Niger, hier le Mali, la Centrafrique, le Burkina Faso ont rejeté la France, les forces françaises, les entreprises françaises. À nos dépens, après l’échec de l’opération Barkhane, voilà les milices Wagner, peu sourcilleuses des droits humains ou de démocratie, mais parfaitement disponibles pour tous les dictateurs ou les dirigeants se maintenant au pouvoir en coalisant leurs populations contre l’ancienne “puissance coloniale“. Ce mouvement en Afrique subsaharienne se propage avec des manifestations et des actes anti-français jusque dans les pays réputés proches de nous, comme la Côte d’Ivoire ou le Sénégal », déplorent les sénateurs LR Roger Karoutchi, Bruno Retailleau et Christian Cambon dans leur lettre.

« Nous n’avons pas fait suffisamment d’efforts pour faire en sorte que la jeunesse africaine comprenne la France ; l’échec est politique », reconnait de son côté le sénateur Les Républicains Roger Karoutchi, l’un des auteurs de cette lettre.

Lire Aussi : COUPS D’ETAT EN AFRIQUE : APRÈS LE PRINTEMPS ARABE, LA MOUSSON SUBSAHARIENNE ?

Une nouvelle vision de la politique française en Afrique

Outre l’Afrique subsaharienne, ce déséquilibre entre la France et ses partenaires est visible aussi bien dans la partie nord du continent. Dans cette sphère également, elle a de moins en moins un rôle privilégié. La preuve, plusieurs d’entre eux, ont préféré se tourner vers d’autres partenaires qui ont de meilleures solutions ou de considérations.

« Nous ne comprenons pas l’évolution de la politique française en Afrique tant sur le plan militaire, que sur la notion de codéveloppement ou sur la coopération culturelle et linguistique. Aujourd’hui, la Françafrique d’hier est remplacée par la Russafrique militaire, par la Chinafrique économique ou l’Américafrique diplomatique. Et que dire, malheureusement, de la régression de la Francophonie par rapport à la langue anglaise ? », s’interrogent les auteurs de la lettre ouverte à Macron.

En somme, le président Macron est appelé à revoir sa copie et surtout à remettre à plat le lien ainsi que la vision de la France de l’Afrique. « Il en est probablement temps, alors que l’Afrique continent ami, ne semble plus comprendre la France, et conteste de plus en plus son rôle et sa présence », ont-ils également souligné. Il est question cette fois ci de ne plus se limiter aux intentions mais de passer des actions stratégiques concrètes et bénéfique pour les deux parties. Car il est bien clair que l’époque de la Françafrique est révolue et de nouvelles donnes sont à prendre en compte véritablement voire impérativement.

 

Tony A.

Previous

Stabilité & développement : Le Togo, un exemple en Afrique de l'ouest

Next

Putsch au Niger : La funeste prédiction d'Alkache Alhada pour l'Afrique toute entière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]