mardi, juin 18 2024

Le projet de budget 2021 de Madagascar fait l’objet de vives critiques. Après l’adoption du projet de loi de finances  par les députés le vendredi 27 novembre, la société civile est montée au créneau. Elle estime que les besoins et enjeux de la population ne sont pas sérieusement pris en compte. Alors, elle dénonce un budget incohérent et voté à tout va.

Pour rappel, le projet de loi de finances 2021 bien qu’adopté par l’exécutif depuis le 30 octobre dernier, a eu du mal à se retrouver entre les mains des députés. Ceci malgré le fait qu’il ait été rédigé par le ministère de l’Économie et des Finances et adopté par le gouvernement depuis des semaines. Les autorités malgaches ont affiché un laxisme dans la procédure d’exécution des travaux.

des députés contre le projet de budget 2021 de Madagascar

Pour les députés du parti d’opposition TIM, il s’agit d’une mascarade. Surtout si on s’en tient au peu de temps accordé pour examiner le texte. Alors, ils ont préféré quitté la salle avant le vote. Car les délais de dépôt et de lecture du projet de budget 2021 de Madagascar n’ont pas été respectés. De plus, il n’y a pas eu non plus de conférence budgétaire au niveau des régions.

« Il y a eu une sorte de forcing de la part du gouvernement pour l’adoption », s’est plaint Mamy Rabenirina, député du parti TIM. « Nous ne savons pas ce qui s’est passé, mais à leur retour au Parlement, on est allé tout de suite vers l’adoption du projet de loi de finances », avait-il rajouté.

Les députés du TIM estiment également que le projet de budget 2021 de Madagascar est loin d’être réaliste. « Notre groupe parlementaire et d’autres députés membres de la majorité n’étaient pas convaincus par le texte du gouvernement. Nous nous attendions à trouver un budget d’exception ou spécial, compte tenu de la crise causée par le Covid-19 », a laissé savoir le député.

Un budget 2021 de Madagascar incohérent

Pour Hony Radert, membre du mouvement ROHY, le projet de loi de finances 2021 contient des priorités incompréhensibles. « 128 milliards d’ariary sont consacrés aux investissements internes pour le sport. C’est quasiment 90% du budget des investissements de l’Éducation Nationale. C’est plus de 50% du budget de la Santé pour les investissements internes », avait-elle expliqué.

« Cela maintient le manque de crédibilité du budget 2021 de Madagascar et soulève des questions sur l’utilisation de l’argent public », a rajouté Hony Radert. La plateforme de la société civile remarque également que 11% du budget, soit 1 125 milliards d’ariary (250 millions d’euros), restent sans destination précise.

S’agissant du taux de croissance prévu par le gouvernement pour 2021, le doute subsiste du côté du mouvement ROHY. Il est censé atteindre 4,5% alors qu’il est négatif cette année à -3,8%. « C’est très optimiste, voire impossible compte tenu du contexte national et mondial et du manque d’appui que l’État fournit, de notre point de vue, au secteur privé », a indiqué Hony Radert.

Lire aussi : MADAGASCAR : RETARD DU PROJET DE LOI DES FINANCES 2021, LES OSC DÉNONCENT UN MANQUE DE RESPECT AUX CITOYENS

Previous

Decision de la CADHP: la cour ordonne l’abrogation de la nouvelle constitution du Bénin

Next

Sommet mondial de AWEP: les femmes africaines entrepreneurs à l'honneur, du 02 au 03 décembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]