jeudi, juin 13 2024

En République Démocratique du Congo, le Général Delphin Kahimbi, chef d’état-major adjoint des FARDC en charge des renseignements militaires, est décédé le vendredi 28 février 2020. Après les obsèques qui se sont déroulés dimanche 8 décembre à Kiniezire, Brenda Kahimbi, la veuve du Général Kahimbi, est désormais en résidence surveillée. La justice militaire a pris cette décision au lendemain de l’inhumation de l’ancien chef des renseignements militaire de RDC.

Les conditions de la mort du Général sont non encore élucidées. Compte tenu de ces zones d’ombre, le chef de l’Etat et le gouvernement se sont engagés à faire la lumière sur cette mort.

Faire la lumière sur la mort de l’époux de Brenda Kahimbi

Selon les faits, les obsèques du général se sont déroulées dimanche 8 décembre à Kiniezire. Quelques jours après, huit hommes en uniforme prétextant appartenir à la justice militaire sont arrivés à son domicile mardi 10 décembre. C’est qu’a expliqué Brenda Kahimbi, la veuve du Général Delphin Kahimbi. Selon elle, ils ont présenté un document officiel qui les assigne, elle et sa mère, en résidence surveillée.

La veuve Brenda Kahimbi dit ne pas connaitre les motivations de cette décision. Mais en réalité, il s’agit de faire la lumière sur la mort du général. Selon le compte-rendu du Conseil des ministres de vendredi du 28 février, le chef de l’État a souhaité que « les enquêtes soient rapidement menées afin de déterminer les circonstances exactes de sa mort »

Il faut rappeler que le neveu et le pasteur de la veuve Brenda Kahimbi ainsi qu’une dame accusée d’avoir facilité l’embauche d’un domestique ayant disparu restent en détention provisoire à Kinshasa.

L’instruction est en cours

L’instruction judiciaire permet d’établir l’existence de l’infraction et de déterminer si les charges relevées à l’encontre des personnes poursuivies sont suffisantes pour qu’une juridiction de jugement soit saisie. Dans la dite affaire, l’instruction serait encore en cours pour déterminer les circonstances réelles de la mort du Général Kahimbi. Le président de la République, cité dans un compte-rendu du conseil des ministres, avait fait allusion « aux signes de strangulation » observés sur la dépouille.

Mais, la veuve Brenda Kahimbi, elle, avait toujours affirmé à des journalistes que le Général était décédé des suites d’une crise cardiaque. La justice militaire n’a toujours pas entendu cette dame qui préférait envoyer son avocate pour répondre aux convocations de la commission d’enquête.

La justice militaire n’a toujours pas donné les résultats de l’autopsie préférant attendre la clôture de l’enquête.

Lire aussi : RDC : DES INQUIÉTUDES DEMEURENT MALGRÉ LA RÉDUCTION DU PRIX DU PASSEPORT

Previous

Ivory Coast: Alassane Ouattara sends Kouadio Bertin on national reconciliation mission

Next

Nigéria/Terrorisme : face à l’échec sécuritaire de Buhari, Boko Haram étend ses tentacules

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]