vendredi, février 23 2024

En 2021, le blanchiment d’argent s’est intensifié à Madagascar. Une hausse significative nettement supérieure à celle connue en 2020. Ce bond est fortement décrié par les populations aussi bien que les organisations de la société civile.

Selon un récent rapport annuel du Samifin, plus de 1 800 milliards d’Ariary ont été blanchis l’an dernier. Les mécanismes mis en place pour lutter contre le blanchiment d’argent ont été inefficaces. Alors les financements illicites ne cessent de croitre. Mais il faudrait à tout prix stopper cette hémorragie qu’est le blanchiment d’argent.

Le blanchiment d’argent, une situation alarmante

Selon le rapport publié par le Samifin, plusieurs infractions économiques mettent à mal le pays. Il s’agit entre autres du détournement de fonds publics, de spoliation de ressources minières, d’exportation illégale d’or et de surcroit le blanchiment d’argent. La récente affaire du trafic des 73,5 kilos d’or, en décembre 2020, en est une parfaite illustration.

Outre ces éléments, on dénote un sérieux laxisme dans la politique du président en matière de la lutte contre la corruption. Aussi la législation en vigueur semble inopérante et laisse grandir le blanchiment d’argent sous toutes ses formes.

Lire aussi : MADAGASCAR : LA DÉTRESSE PSYCHOLOGIQUE FAIT RAVAGE DANS LES BAS QUARTIERS

Une non-application des lois existantes

D’après Hony Radert, présidente du Collectif des citoyens et des organisations citoyennes (CCOC), les lois existantes ne sont pas du tout appliquées comme il se doit. Par ailleurs, les textes sont mal compris par certaines couches de la population. Par conséquent, des mesures plus coercitives doivent être édictées.

L’augmentation des infractions économiques dans le pays est aussi imputée à la vacance de certains postes stratégiques dans cette bataille. C’est le cas notamment l’Agence de recouvrement des avoirs illicite dont le directeur n’a pris fonction que depuis la semaine dernière. En d’autres termes, ces manquements multiples ont créé ce chao.

 

Sandrine A

 

Previous

A la suite de ses voisins immédiats, le Togo annonce la réouverture de ses frontières terrestres

Next

Mali : un coup d’Etat déjoué par les autorités de la transition

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]