jeudi, février 29 2024

A huit mois de la présidentielle au Bénin, l’envie de Joël Aïvo de convoiter le fauteuil présidentiel est plus que manifeste. Mieux, une certaine adhésion qui s’observe de plus en plus autour de sa probable candidature fait de cet universitaire l’alternative capable de grappiller des soutiens.

Le prof Joël Aïvo est appelé par ses partisans à se présenter à la prochaine élection présidentielle de 2021 au Bénin. Son Parti Vert du Bénin (PVB) lui lance un appel pressant afin qu’il réponde favorablement à ses partisans et militants.

Joël Aïvo invité à être candidat

Le PVB, « Les Fans Clubs Joël Aïvo », les mouvements RAJED, FEMMES LUMIÈRES, NONVIGNON, CCJPG, CCJDL, MOJCN, MOJDP, IRÉDÉ ne veulent pas s’arrêter à une suscitation de candidature. Une action de collecte de fonds publique sera menée à la télé. Il s’agira d’un téléthon pour amener le public à cotiser pour la caution du candidat. Une pétition est lancée pour recueillir des signatures afin de mobiliser la jeunesse et d’autres couches autour de la candidature de Frédéric Joël Aïvo.

Selon Paul Coovi Adahou, le Professeur se prononcera dans quelques semaines. Une occasion de répondre à l’appel du peuple. « Je peux déjà vous assurer qu’il dira OUI », a-t-il déclaré.

A 47 ans, le prof a une expérience riche dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la politique. Ancien doyen de la Faculté de droit et de science politique de l’Université d’Abomey-Calavi entre 2016 et 2019, il est actuellement Professeur titulaire de droit public.  En février 2020, il a annoncé mettre un terme à ses onze ans de présidence à la tête de l’Association Béninoise de Droit Constitutionnel (ABDC) pour « scruter d’autres horizons ».

Joël Aïvo, candidat de consensus ?

La contiguïté de la présidentielle de 2021 n’est plus à justifier. Pour cette échéance majeure, aucun candidat notoire ne s’est encore dégagé des gothas politiques de la mouvance ou encore des entrailles des partis d’Opposition. A l’exception de quelques initiatives solitaires qui essayent de s’éclore, le véritable suspense reste entier. Au nombre de ces initiatives qui retiennent pour l’heure l’attention, figure au premier plan Fréderic Joël Aïvo.

Jeune, Professeur des Universités et personnalité publique de renommée internationale, l’homme qui sera à son premier challenge du genre n’est plus à présenter aux béninois. En général, ses prises de positions et opinions quant aux actualités socio-politiques du pays présagent déjà de sa posture, vis-à-vis de la Rupture et le Nouveau départ. Critique et parfois âpre dans ses discours et sorties, nul doute jusqu’à preuve du contraire, de l’opposition de Joël Aïvo au régime de Patrice Talon.

En dépit de cette carrure, l’homme ne s’est jamais pour autant affiché publiquement depuis près de quatre ans, avec un mouvement ou parti de l’Opposition radicale ou modérée. De cette constatation, il est clair que derrière son opposition, se cache une idée. Mais laquelle ? Justement, ses nouvelles ambitions politiques permettent déjà d’avoir une idée sur cette question.

En effet, depuis qu’il a commencé par prendre langue avec certaines forces politiques et mouvements de jeunes dans la perspective donc de la présidentielle de 2021, son discours et sa posture sont devenus beaucoup plus astucieux. Même si rien n’a changé dans sa verve ni dans sa conviction, son langue est désormais beaucoup plus unificatrice. Ce qui ne manque d’ailleurs pas de lui permettre d’agrandir son cercle de soutiens. Car, malgré ses réprimandes verbales, le probable candidat à cette prochaine joute électorale ratisse, en dehors de ces mouvements de l’Opposition, aussi bien dans le camp de certaines formations politiques alliées à la mouvance.

Ainsi, l’Agrégé et Professeur titulaire de droit public, par ces adhésions qui ne cessent d’accroitre à son profit, se positionne promptement comme le candidat de tout le monde. Autrement dit, un potentiel challenger qui souhaite avoir autour de sa candidature, un minimum de consensus de part et d’autre de la classe politique béninoise. Quand on sait que les élections antérieures ont permis de se rendre compte que bon nombre d’électeurs sont encore indécis et de ce fait pourraient rechercher l’alternance du côté d’une nouvelle tête, cette option de Joël Aïvo lui est déjà et lui sera à coup sûr plus que bénéfique, dans les ralliements à sa cause. Mais avant, il faut qu’il réussisse d’abord à être candidat.

Previous

Mali : les militaires mutins, complices indirects de l’opposition ?

Next

La Palestine, le grand perdant de l’accord entre Israël et les Emirats Arabes Unis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]