mardi, février 27 2024

Au Sénégal, l’arrestation de Ousmane Sonko le principal opposant au régime de Macky Sall a crée de profonds bouleversements dans le pays. Jours après jours, les répercussions de l’arrestation de Ousmane Sonko sont plus que visibles avec des troubles ainsi que la mort d’un manifestant. Le gouvernement a par ailleurs annoncé la suspension pour 72 heures de deux chaines de télévisions privées.

Ousmane Sonko, principal opposant au pouvoir est accusé de viols et menaces de mort sur une employée d’un salon de beauté dans lequel il allait se faire masser. Pendant qu’il se rendait au tribunal en réponse à la convocation du juge, il a été arrêté par les autorités sénégalaises. Cette arrestation de Ousmane Sonko a créer le soulèvement dans les rues de la capitale.

Une arrestation de Ousmane Sonko justifiée

Pour Antoine Félix Abdoulaye Diome, ministre de l’Intérieur, l’arrestation de Ousmane Sonko est justifiée par l’interdiction des rassemblements édictée à cause du Covid-19. De plus, un itinéraire lui avait été tracé. Mais l’opposant n’a pas voulu le respecter. Et cela a crée des attroupements interdits. Alors une réaction des autorités s’imposait.

Depuis le début de cette saga, de fréquents affrontements ont eu lieu entre groupes de jeunes et les forces de l’ordre avec des échanges de jets de pierres et des tirs de gaz lacrymogènes. Des actes de pillage de magasins ont aussi été constatés. Les récentes scènes de violences ont fait un mort en la personne de Cheikh Ibrahima Coly.

Une enquête indépendante exigée

Du coté de d’Amnesty International, la mort d ce jeune homme doit être élucidée. « Nous exigeons une enquête indépendante pour faire la lumière sur les circonstances du décès du jeune Cheikh Coly », a affirmé Seydi Gassama, le directeur d’Amnesty International Sénégal.

Quant aux médias suspendus, il leur est reproché d’avoir diffusé en boucle les images des troubles. C’est-à-dire d’avoir fait l’apologie de la violence à la suite de l’arrestation d’Ousmane Sonko. Par conséquent ils vont arreter d’émettre pendant un moment.

Lire aussi : SÉNÉGAL: L’OPPOSANT OUSMANE SONKO ARRÊTÉ

Previous

Ethiopie / ONU: impossible de trouver un consensus sur la question du Tigré

Next

Bénin-Sénégal: les opposants sous hautes persécutions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]

Mouvement de grève en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l'injustice

Mobilisation en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l’oppression et l’injustice

Rédaction

En Guinée, un mouvement de protestation d’envergure nationale a été déclenché par les 13 centrales syndicales du pays. Ces dernières appellent à une grève générale et illimitée à partir du lundi 26 février. Cette mobilisation vise à dénoncer la flambée des prix des denrées de première nécessité et à exiger la levée de la censure […]

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DES ATELIERS SANKARISTES

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DU PREMIER ATELIER SANKARISTE

Rédaction

La « cité du cavalier rouge » a abrité le samedi 24 février 2024, le premier des Ateliers Sankaristes. Il a rassemblé les acteurs de la société civile, les journalistes, la jeunesse composée en majorité des étudiants de l’Université Norbert ZONGO de Koudougou. Le discours d’ouverture de l’étape 1 des Ateliers Sankaristes a été prononcé […]