jeudi, février 29 2024

L’accréditation de France 24, chaîne publique française, lui a été retirée par les autorités algériennes ce dimanche 13 juin. La raison évoquée est l’« hostilité manifeste et répétée » de la chaîne de télévision française. La chaîne a réagi en soulignant que sa couverture de l’actualité algérienne se faisait « dans la transparence, l’indépendance et l’honnêteté ».

La chaîne d’informations avait déjà été mise en garde en mars dans sa couverture du Hirak, a ajouté le communiqué.

Retrait de l’accréditation de France 24

Dans sa déclaration à l’Algérie Presse Service, Ammar Belhimer, ministre algérien de la Communication par ailleurs porte-parole du gouvernement, accuse France 24 de ne pas respecter l’éthique et les règles déontologiques du journalisme.

Le retrait de l’accréditation de France 24 est motivé par « le non-respect des règles de la déontologie professionnelle, la désinformation et la manipulation, ainsi qu’une agressivité avérée à l’égard de l’Algérie ». Le ministre ajoute que la décision s’explique aussi par « l’inimitié claire et répétée de la chaîne à l’égard de notre pays et de ses institutions ».

Ce n’est pas la première fois que les autorités algériennes bousculent les médias étrangers, notamment français. En effet, au mois de mars dernier, le ministère algérien de la Communication avait mis en garde la chaîne publique française, qu’elles pointaient pour son « parti pris flagrant » dans la couverture des manifestations, notamment du Hirak, dans ce pays Afrique du Nord.

Réaction de France 24

La décision de retrait de l’accréditation de France 24 intervient au lendemain des élections législatives anticipées, couvertes par la chaîne d’information. Ces élections ont connu, samedi, un fort taux d’abstention.

La chaîne française a réagi en soirée en se disant étonnée «de ne pas avoir reçu d’explication » sur ce retrait des accréditions de ses correspondants. « Nous avons été informés en fin de journée (du dimanche 13 juin ndlr) que les autorités algériennes avaient décidé de retirer l’accréditation de nos correspondants dans le pays. France 24 s’étonne de n’avoir reçu aucune explication à cette décision » a indiqué la chaîne dans un communiqué diffusé sur son site officiel.

Contestant les motifs évoqués pour le retrait de l’accréditation de France 24, Le communiqué de la chaîne ajoute que sa « couverture des évènements en Algérie se fait toujours en toute transparence et avec un grand souci d’indépendance et d’honnêteté. Comme c’est le cas dans sa couverture des événements dans le monde ».

Esso A

Previous

Législatives en Ethiopie: le Premier ministre Abiy Ahmed appelle ses concitoyens à voter

Next

Sénégal/Casamance: l’armée a repris toutes les positions MFDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]