vendredi, février 23 2024

Au Sénégal, des risques de tensions sont prévisibles ce vendredi 26 mai 2023 entre l’opposition et le régime de Macky Sall. Pour éviter d’éventuels troubles à l’ordre public dans la capitale, le gouvernement a donc pris des mesures drastiques. Une position ferme qui a été annoncée par le gouvernement en réaction aux déclarations de l’opposant Ousmane Sonko.

En effet, dans une adresse à ses partisans, au lendemain de son procès pour viols, l’opposant Sonko a affirmé mercredi soir, depuis Ziguinchor vouloir mener un combat final contre Macky Sall. Alors il prévoit « marcher sur Dakar » à la tête d’un convoi populaire dénommé « caravane de la liberté ». Allons-nous dans les heures à venir assister à de nouvelles scènes de violences comme ce fut le cas de par le passé ?

Lire Aussi : PROCÈS POUR VIOL AU SÉNÉGAL : OUSMANE SONKO VA-T-IL QUITTER ZIGUINCHOR POUR DAKAR CE LUNDI ?

Réaction officielle après les déclarations d’Ousmane Sonko

Selon les autorités sénégalaises, l’opposant Sonko chercherait à créer une nouvelle déferlante sociale en manipulant la rue comme à son habitude. Sauf que cette fois ci les dispositions sont prises pour que les drames connus auparavant ne soient plus le cas. Le ministre Abdou Karim Fofana estime également qu’il s’agisse d’une fuite en avant opérée par l’opposant pour se soustraire à la justice et engagé un autre combat dans la rue avec des troubles à l’ordre public.

« À la suite de ce procès, Ousmane Sonko prefère peut-être nous attirer dans un piège et essayer de se faire arrêter pour des questions politiques, des questions de troubles à l’ordre public pour éviter l’infamie de se faire arrêter pour des histoires sordides », a-t-il déclaré. Et d’assurer « quoi qu’il en coûte, l’ordre public sera maintenu et nous ne laisserons personne troubler la quiétude des Sénégalais. »

En attendant le délibéré prévu pour le 1er juin, dix ans de prison ont été requis contre l’opposant Ousmane Sonko. En cas de confirmation, son éligibilité pour les prochaines échéances électorales serait compromise. « Je dis à Macky Sall que nous n’avons pas le temps de mener une vendetta. Son seul salut est de rendre au Sénégal ce qu’il lui a donné et d’éviter un bain de sang et des cassures sociales inutiles », avait interpellé pour sa par Ousmane Sonko.

La Rédaction

Previous

Approvisionnement en essence au Nigéria : la raffinerie Dangote mise en service

Next

Choc en Ouganda : La peine de mort menace les homosexuels !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]