samedi, mars 2 2024

Des réformes économiques au Togo pour rendre le pays plus que jamais attractif. C’est ce à quoi les autorités togolaises se sont fortement engagées ces dernières années. Les nouvelles réformes économiques au Togo introduites par le gouvernement offrent d’ores et déjà un avantage considérable au pays.

Il s’agit donc d’un précieux acquis qui sera défendu auprès des investisseurs lors du Sommet France-Afrique Sur Les Economies Post-Covid-19. Ledit sommet se tiendra en France le 18 mai. L’évènement vise à permettre aux pays africains participants de bénéficier d’un important soutien financier. Ce qui leur permettrait de poser plus tard les bases d’un nouveau cycle de croissance sur le continent après les ravages économiques de la pandémie de la Covid-19.

Des réformes économiques au Togo, gage d’attraction

Pour faire du Togo le pays dans lequel il faut absolument investir, le gouvernement a donc entrepris, ces dernières années, de multiples réformes structurelles. Ces réformes économiques au Togo ont été perceptibles dans plusieurs secteurs. Elles ont eu pour conséquences l’accélération de l’amélioration du climat des affaires.

C’est le cas notamment avec la dématérialisation des opérations douanières à l’importation tout comme à l’exportation. On note également la facilité dans l’obtention du permis de construire avec la réduction drastique des frais et du délai d’établissement et le transfert de propriété. La création d’entreprise est devenue plus souple.

Ces réformes économiques au Togo ont contribué à faire du pays une référence dans le monde. Pour preuve, le Togo se classe au premier rang en Afrique et troisième rang mondial des pays les plus réformateurs, d’après le rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale (BM).

De nouvelles mesures incitatives

Pour conserver et améliorer davantage son climat des affaires pour une plus grande attractivité, de nouvelles réformes économiques au Togo sont en vue. Elles permettront de booster la qualité du partenariat public-privé en vue de la création de richesse dans l’économie nationale.

Il s’agit en l’occurrence de l’opérationnalisation complète de l’Agence de promotion des investissements et de la zone franche (API-ZF). Le déploiement de « E-justice » pour sécuriser davantage les investissements est aussi envisagé par les autorités togolaises.

Un quota de 25% de marchés publics est aussi réservé aux jeunes et femmes entrepreneurs. L’ensemble de ces mesures ont de quoi inciter les partenaires et potentiels investisseurs lors du sommet. De quoi donc assurer la croissance et le développement socioéconomique du pays.

Previous

Grève au Mali : l’administration paralysée

Next

Communication: Sigma Corporation au Top des meilleures agences marketing au Togo (www.sortlist.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]