mardi, juin 18 2024

La production du coton au Mali connait une baisse. En plus de vivre une crise politique et sociale particulière, le pays subit le calvaire des récoltes des plus décevantes dans le secteur cotonnier. C’est ce que traduit la production du coton au Mali constatée pour le compte de cette année. Elle est estimée au quart de la production de l’an dernier.

Concrètement, les récoltes sont passées de 300.000 tonnes de fibres à 80.000 tonnes. Une chute dont le revers économique est lourd. Cette baisse considérable est due à plusieurs facteurs. Parmi ces causes, on note la pandémie de la covid-19, ainsi que la paralysie de l’industrie textile. Toutefois, la production cotonnière des autres pays africains n’est pas affectée comme celle du Mali.

 La baisse de la production du coton au Mali justifiée

La chute vertigineuse des récoltes du coton au Mali émane des mauvais choix opérés par les dirigeants des associations cotonnières. C’est ce que confirme George Toby, vice-président du CICCA, Comité International pour la coopération entre les associations cotonnières. « Au Mali, il y a eu une accumulation de maladresses dans les décisions et leur calendrier ».

Aussi, la survenance de la Covid-19 a bloqué l’écoulement du stock de coton de 2019 existant. De plus, le passage du coût du kilo de coton de 275 FCFA contre 200 FCFA a poussé les producteurs de coton à la grève. Soit une chute de 30% des coûts internationaux.

Economie : la production du coton au Mali en détresse

Cette situation a naturellement entrainé la fin des fonds disponibles à allouer aux producteurs ainsi que la subvention des engrais. La Compagnie Malienne pour le Développement du Textile (CMDT) n’a pas pu venir à bout.

Economie aux aboies causée par la baise de production du coton au Mali

La réponse des dirigeants maliens à cette grève du coton a été tardive. « Contrairement aux autres Etats ouest-africains, les autorités maliennes ont aussi tardé à réagir pour améliorer le prix du kilo de coton ». C’est ce qu’a fait savoir Baba Berthé, président directeur général de la CMDT.

Alors, même si le pays s’efforce à rectifier le tir, l’économie est déjà profondément touchée. Car les autres cultures, comme celles du mil, du sorgho et autres ne représentent pas 12% des recettes budgétaires du Mali. Par conséquent, le pays accuse une grosse perte due à la chute de la production du coton au Mali. Les agitations politiques ont quant à elles corsé la situation, empêchant tout échange avec les pays voisins.

Cela pousse donc le Mali à vendre son coton à perte afin de pouvoir honorer ses engagements avec ses différents fournisseurs. Si cette fâcheuse contrainte perdure, elle devrait conduire à la privatisation de la CMDT.

Lire aussi : https://linvestigateurafricain.tg/mali-la-cedeao-leve-toutes-les-sanctions-et-appelle-a-soutenir-le-pays/

Previous

Côte d’ivoire : la diplomatie africaine et onusienne à pieds d’œuvre pour la paix

Next

Port d’Abidjan : un nouveau terminal bientôt construit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]