mercredi, février 28 2024

Alors que la prochaine présidentielle au Mali se fait encore incertaine, plusieurs partis politiques sont minés en leur sein par des dissensions. Ces dernières mettent davantage en mal le climat politique déjà assez tendu en raison des incertitudes liées à la durée définitive de la transition.

Tout compte fait, ces mésententes risquent fortement de fragiliser ces partis en cas de tenue avérée des prochaines échéances électorales. Il est probable de les voir se rendre en rangs dispersés à cette prochaine présidentielle au Mali, si une réelle issue est trouvée à cette crise.

Rappelons que le Mali a connu en moins d’un an deux coups d’Etats successifs. Et la transition qui devait déboucher sur des élections présidentielle et législatives ce lundi 28 février est toujours sujette à discussion.

Des divisions multiples

Qu’il s’agisse de l’Union pour la République et la Démocratie (l’URD), de l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema), de même qu’au sein du Rassemblement pour le Mali (RPM), des tiraillements sont observés. La désignation de leaders pour la prochaine présidentielle au Mali est au cœur de ces conflits internes.

Plusieurs de ces acteurs se disputent déjà la place devant les mener jusqu’au fauteuil de présidentiel. Du côté du RPM, l’élection ou la désignation de Bocary Téréta, l’actuel leader du parti, comme candidat à la prochaine présidentielle au Mali est fortement contestée par Me Baber Gano.

Même son de cloche au sein de l’Adéma où les membres sont divisés sur la durée de la transition. Certains sont partisans de la prolongation de six mois à cinq ans. D’autres préfèrent un délai plus court d’un an.

Lire aussi: DURÉE DE LA TRANSITION AU MALI : À QUAND UN CALENDRIER RAISONNABLE ?

Une prochaine présidentielle au Mali non encore déterminée

Face à ces conflits naissant au sein des partis politiques, se pose toujours la question de la date précise de la prochaine élection présidentielle au Mali. Cette dernière est toujours un mystère. Ceci du fait que les nouvelles autorités maliennes n’ont pas encore fixé la nouvelle durée de la transition depuis les assisses nationales.

La proposition de quatre ans de transition auprès de la Cédéao s’est heurtée à un refus catégorique de la part des chefs d’Etats ouest africains. La récente négociation menée par le médiateur Goodluck Jonathan n’a pas débouché sur un accord avec la junte au pouvoir.

Toutefois les négociations continuent en vue d’aboutir à un accord quant à la fameuse date de fin de la transition malienne.

El Professor

Previous

Transition au Burkina Faso : Vers une nouvelle confiscation éternelle du pouvoir par les militaires ?

Next

Charte de la transition au Burkina Faso : Salam Sawadogo, dénonce le nombre de sièges accordés aux partis politiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]