mardi, juin 18 2024

Pour les présidentielles en Centrafrique, les résultats sont rejetés par les opposants. En effet, les résultats du double scrutin du 27 décembre dernier continuent de créer la polémique. Dans cette posture de contestations, de nombreux candidats à cette élection exigent l’annulation du scrutin. L’annonce a été faite via un communiqué.

Selon les résultats provisoires globaux de l’ANE, le président sortant Faustin-Archange Touadéra est nettement arrivé en tête de ce scrutin présidentiel. Il a totalisé dès le premier tour 53,92% des voix. Il a largement devancé Anicet-Georges Dologuélé qui a lui obtenu 21,01% des suffrages. Martin Ziguele quant à lui a pris la troisième place avec à 7,46% des voix.

Présidentielles en Centrafrique, des résultats non reconnus

Pour dix des seize candidats ayant participé aux présidentielles en Centrafrique, les résultats proclamés par l’ANE sont difficiles à avaler. Alors ils sont décidés à ne pas les reconnaitre. Surtout que ces résultats ne portent que sur la moitié de l’électorat.

S’agissant de la seconde moitié, elle n’a pu prendre part au vote en raison de l’offensive des rebelles dans certaines villes du pays.

Les contestataires estiment par ailleurs que de nombreuses irrégularités ont émaillé le scrutin. Et cela est facilement observable avec la proportion importante de votes par dérogation. A cela s’ajoute le démarrage tardif des opérations électorales. L’achat de conscience ainsi que des votes sont aussi remarquables.

Un grave recul pour la démocratie

Selon les adversaires du président Faustin Archange Touadéra, les présidentielles en Centrafrique constitue un grave recul pour la démocratie. Par conséquent, le président réélu ne pourrait jouir d’une quelconque légitimité.

De plus, sa prétendue victoire ne porte que sur 910.000 électeurs, et non sur les 1,8 millions de Centrafricains inscrits. Aussi, les autorités centrafricaines ont sérieusement failli en ce qui concerne la sécurisation du scrutin. Le système de protection instauré par la Minusca et les renforts russe ou rwandais n’ont su empêché les rebelles de la coalition de terroriser les populations.

En attendant les résultats définitifs, de nombreux recours ont été déposés auprès de la Cour constitutionnelle. Cette dernière a au plus tard jusqu’au 19 janvier pour se prononcer.

Lire aussi : CENTRAL AFRICAN REPUBLIC / PRESIDENTIAL: FAUSTIN-ARCHANGE TOUADÉRA RE-ELECTED WITH 53.92% OF THE VOTE

Previous

Algérie : Ahmed Ouyahia écope de 7 ans de prison

Next

Central African Republic: Opponents do not acknowledge provisional results of the 27 December presidential election

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]