jeudi, avril 18 2024

Un massacre à Maï Kadra aurait été perpétré en Ethiopie. Selon les estimations de la Commission éthiopienne des droits de l’homme, des centaines de personnes auraient été massacrées. Une milice tigréenne est présumée coupable de ces lourdes pertes en vie humaines.

Depuis le 4 novembre dernier, l’Ethiopie est plongée dans une guerre civile qui menace la stabilité de la corne de l’Afrique. Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed tente de reprendre par tous les moyens la province du Tigré. Cette dernière a décidé il y a un moment déjà de ne plus se soumettre à l’autorité d’Addis-Abeba qu’elle ne reconnait plus. Alors les deux camps s’affrontent acharnement. La guerre qui était censée être brève se poursuit. Chaque jour, nombreux sont les Ethiopiens à trouver refuges au Soudan.

Un véritable massacre à Maï Kadra

D’après l’enquête effectuée par la Commission éthiopienne des droits de l’homme, le massacre à Maï Kadra aurait été intentionnel. C’est-à-dire que ces horreurs ont été minutieusement planifiées par leurs auteurs. Ces crimes auraient été commis par les Samri. Et c’est ce que révèlent les témoignages recueillis auprès de survivants.

De plus, les populations ne pouvaient vraiment pas échapper au massacre à Maï Kadra en raison du caractère soudain et brutal des attaques. Ceux qui ont pu trouver une échappatoire ont assisté avec impuissance à la perte des êtres qui leur sont chers. Environ 600 personnes ont donc été massacrées par la brigade de jeunes miliciens tigréens.

Une coupure des communications

Depuis le début de cette bataille, les communications avec la province du Tigré sont coupées. Difficile de savoir exactement ce qu’il en est sur la zone des combats. Alors, les spéculations vont bon train. Chaque camp essaie donc de tirer le drap de son côté entre affirmations et démentis.

Face à cette situation un peu complexe, les informations reçues auprès des rescapés de ce massacre à Maï Kadra sont à prendre avec des pincettes. Car les témoignages recueillis sont souvent contradictoires. Par conséquent des zones d’ombre demeurent encore sur ces atrocités. Difficile donc d’en être totalement certain.

Lire aussi : CONFLIT AU TIGRÉ : LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE INTENSIFIE SES APPELS POUR METTRE FIN AUX COMBATS

Previous

Conflit au Tigré : la communauté internationale intensifie ses appels pour mettre fin aux combats

Next

Présidentielle au Burkina Faso : les Burkinabès redoutent une crise post-électorale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]