mercredi, mai 29 2024

L’opposition tchadienne compte bientôt investir les rues de la capitale N’djamena pour faire entendre de nouveau sa voix. Elle tente d’obtenir une alternance politique ainsi qu’une justice sociale plus grande. Toutefois elle devra braver l’interdiction des manifestations instaurée par le gouvernement tchadien.

Depuis un bon moment déjà, l’opposition tchadienne ne cesse de contester le régime du président Idriss Déby Itno. Ce denier a déjà effectué plus de 30 ans au pouvoir et est même candidat à sa propre succession pour le scrutin à venir. L’élection présidentielle au Tchad est prévue sur le 11 avril 2021.

Opposition tchadienne accusée

Selon le ministre de la Sécurité publique, Mahamat Tahir Orozi, les manifestations prévues par l’opposition les 4, 5, 6 et 7 février, ne visent qu’à troubler l’ordre public. Alors les autorités tchadiennes ne peuvent rester impassibles et voir la tranquillité des pauvres citoyens soit perturbée.

« Le ministère de la sécurité publique et de l’immigration (…) ne saurait permettre l’organisation de telles manifestations susceptibles d’engendrer des troubles à l’ordre public sur l’ensemble du territoire national », a déclaré le ministre de sécurité publique.

Des manifestations maintenues

De son côté, l’opposition tchadienne est prête à tout faire pour exprimer ses attentes. Alors l’interdiction instaurée par les autorités n’entache pas sa détermination à aller jusqu’au bout. « Nous allons sortir quitte à ce que le pouvoir fasse ce qui lui semble bon », a fait savoir Moussay Avenir De La Tchiré, coordinateur de la plateforme de la société civile la Dynamique stop, ça suffit.

L’opposition justifie également sa résistance à l’interdiction gouvernementale par le fait que les marches qu’elle organise seront totalement pacifiques. Alors, il n’y a pas de raison qu’elles ne tiennent. « Si l’inquiétude de Mr Déby et de son gouvernement, c’est le trouble à l’ordre public, nous leur rappelons qu’il s’agit de marches et d’actions pacifiques », a indiqué Succès Masra, dirigeant des Transformateurs.

Lire aussi : TCHAD: LE RAPPORT DE L’INTERNATIONAL CRISIS GROUP SUR L’ARMÉE CRÉE LA POLÉMIQUE

Previous

RDC: Kibali Gold Mine réclame 195 millions USD au gouvernement

Next

Congo: Christophe Mboso prend la tête de l'Assemblée nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Investigateur Africain

Le président de transition du Gabon, Brice Clotaire Oligui Nguema, a entamé ce mardi 28 mai une visite de travail de cinq jours en France. Ce séjour, qui s’articule autour de trois volets – économique, politique et mémoriel – vise à renforcer et relancer le partenariat bilatéral entre Libreville et Paris. La visite du président […]

Bassirou Diomaye Faye attendu en visite au Togo ?

Diplomatie Ouest-Africaine : Le Togo, prochaine destination de Faye ?

Investigateur Africain

Le nouveau président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, élu en mars dernier, effectuera une visite officielle à Ouagadougou ce jeudi 30 mai. Cette visite, qualifiée d’« amitié et de travail », marque une étape significative dans la politique extérieure du Sénégal vis-à-vis de ses voisins de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Le déplacement de M. […]

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]