mardi, juin 18 2024

Après les propos polémiques du président Kaïs Saïed, mardi 21 février deniers, les migrants subsahariens vivent un périple. Ils sont sujets à toutes les dérives de la part des populations, de même que les autorités tunisiennes. Malgré les appels contre le racisme de la société civile, des agressions de migrants se multiplient dans le pays. De nombreux des témoignages ne cessent de circuler à cet effet.

Alors dans le pays, le climat reste tendu pour la communauté subsaharienne. Un sentiment d’extrême insécurité prévaut actuellement pour ces nombreux migrants subsahariens. A croire l’évolution de la situation, le discours du président tunisien fustigeant l’immigration clandestine fait vraiment effet.

Des arrestations multiples de migrants subsahariens

Durant le weekend dernier, plusieurs migrants subsahariens ont fait l’objet d’arrestation et placé en garde à vue. Il leur est reproché une présence irrégulière dans le pays, c’est à dire une non détention de carte de séjour. Selon la garde nationale tunisienne, environ 92 migrants subsahariens ont été arrêtés à Kasserine au centre-ouest du pays.

Pour les forces de l’ordre, il s’agit simplement de l’application des mesures « urgentes » contre ce que le président a qualifié de « hordes de migrants clandestins ». D’après les ONG, près de 300 arrestations arbitraires ont recensées. Et ce n’est pas tout, plusieurs migrants locataires ont été malheureusement expulsés de leurs domiciles par certains propriétaires.

En Tunisie, le tour de vis sécuritaire contre les migrants subsahariens en situation irrégulière se resserre et les agressions aléatoires s’intensifient. Toutefois les méfaits ne sont pas rendus publics sur les ondes.

Lire Aussi : CRISE HUMANITAIRE EN RDC : 24,6 MILLIONS DE PERSONNES DANS LE BESOIN

Des agressions multiples de migrants noirs

En banlieue Nord de Tunis, plus précisément dans certains quartiers comme dans la zone de la Soukra, des agressions de migrants subsahariens ont été constatées. Dans le quartier de l’Ariana, à Tunis, par contre les agresseurs ont préféré opérer des saccages et vols de biens dans des logements de Subsahariens de nationalités guinéenne, ivoirienne, malienne et camerounaise.

Dans la nuit du 25 février, À Sfax, à l’est du pays, quatre migrants subsahariens ont été victimes d’agressions à l’arme blanche. Par ailleurs, à Tunis, ä la sortie de leur foyer universitaire, quatre étudiantes ivoiriennes ont été agressées. Une Gabonaise, a, elle aussi été victime du même mode opératoire à la sortie de son domicile. Alors depuis plusieurs jours, par précaution et pour épargner leur vie, de nombreux migrants n’osent plus sortir de chez eux.

« Nous étions couchés et il y a des jeunes Tunisiens qui sont venus nous agresser. Ils ont cassé, ils ont cassé tout… », a témoigné un migrant. « Les Tunisiens ne sont pas des racistes, c’est un peuple accueillant. La Tunisie est la capitale de la paix et on sera toujours africains avec nos frères et nos sœurs africaines. On partage le même continent et à Tunis en Tunisie, il n’y aura jamais une place pour les fachos ! », interpelle pour sa part le journaliste, Aymen Rezgui.

 

El Professor

Previous

Crise humanitaire en RDC : 24,6 millions de personnes dans le besoin

Next

Ligue Universelle du Bien Public : Le Dr Sandra Ablamba Johnson honorée de la plus haute distinction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]