mardi, juillet 23 2024

Au Mali, les autorités de transition ont suscité une onde de choc en annonçant, le 25 septembre 2023, le report indéfini de la prochaine élection présidentielle. Il en est de même avec l’annulation des autres scrutins prévus dans un avenir proche. Bamako pointe du doigt une entreprise française qu’elle accuse d’avoir illégalement accédé à une base de données administratives concernant l’état-civil malien, qualifiant cette action de prise en otage.

Cependant, ces explications des autorités de transition suscitent des doutes et des inquiétudes auprès de la classe politique malienne. Pour cette dernière, tout porte à croire que les militaires au pouvoir font usage une nouvelle fois d’un stratagème pour retourner la situation à leur avantage. Le colonel Goïta et les siens tentent ils de se maintenir au pouvoir ? Le report de la présidentielle à venir au Mali, n’est-ce pas une fuite en avant ?

Un allongement de la transition

D’après les autorités de transition malienne, le report de la présidentielle initialement prévue pour février 2024, est justifié. Car depuis mars 2023, la base de données Ravec, (le recensement administratif à vocation d’État civil), réalisé à partir de 2018 par l’entreprise française Idemia, est arrêtée. En d’autres termes, des données administratives serait prise en « otage » par ladite entreprise.

Le Mali indique que cette société française Idemia refuserait d’opérer le « transfert de propriété du système ». C’est à dire de communiquer le mot de passe nécessaire aux autorités de transition malienne. Un refus qui s’explique par une dette de plus de 5 milliards de FCFA encore non réglée par les militaires au pouvoir. Ces déconvenues impactent naturellement la bonne tenue de la présidentielle.

« Il n’y a pas de litige en cours entre Idemia et les autorités maliennes », a réagi l’entreprise française suite au communiqué des autorités de transition. La société française a même déclaré s’être même efforcée de soutenir le ministère malien de l’Administration territoriale jusqu’en décembre 2022, au-delà de la durée initiale du contrat, malgré d’importants impayés ».

Lire Aussi : RETRAIT DES TROUPES : LA FRANCE PRÉVOIT-ELLE DE DÉSTABILISER LE NIGER ?

Des arguments fallacieux des autorités de transition

Pour plusieurs acteurs politiques et analystes de crise malienne, les arguments officiellement invoqués par les autorités maliennes de transition pour faire passer le report de la présidentielle sont inacceptables. Car il y a quelques mois, les contraintes actuelles n’ont pas empêché les autorités maliennes de transition d’organiser et de valider le referendum constitutionnel de juin dernier.

Certains estiment par ailleurs que les militaires au pouvoir, depuis août 2020, n’avaient de toute façon pas l’intention de rendre le pouvoir aussi facilement. Par conséquent, ils recherchent constamment un « bouc émissaire » à leurs incompétences. Alors vu que l’image de la France l’image se dégrade dans tout le Sahel, ils s’en servent pour faire accepter ce report à la population malienne.

« La réalité est toute autre. Le gouvernement de transition du Mali manque de liquidités pour organiser les élections et les partenaires du Mali ont tourné le dos au gouvernement de transition ou ne lui font plus confiance pour accorder des prêts. Vous aurez noté, ce weekend, que le ministre des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, lors de son allocution à la tribune des Nations unies, a accusé la France de faire pression sur les institutions financières régionales et internationales afin qu’elles n’accordent pas de prêt ou ne financent pas de projet au Mali. Donc clairement, le gouvernement manque de liquidités pour organiser les élections », estime Oumar Berté, avocat et politologue malien, chercheur associé à l’Université de Rouen.

Pour Maître Mamadou Ismaïla Konaté, avocat et ancien ministre, l’indignation est grande. Le raisonnement des autorités de transition n’est pas du tout tenable et ne vise qu’à tromper l’opinion publique. « C’est non seulement fallacieux, mais cette démarche traduit véritablement la volonté définitivement affichée de se maintenir au pouvoir, en oubliant simplement que la volonté des Maliens doit prendre le pas sur leur volonté individuelle. »

 

Tony A.

Previous

Retrait des troupes : La France prévoit-elle de déstabiliser le Niger ?

Next

Terrorisme en Afrique : les groupes extrémistes ont infiltré l’économie ivoirienne, les raisons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]