jeudi, février 29 2024

Dans les méandres tumultueux de la présidentielle sénégalaise, une décision audacieuse vient de secouer la scène pré-électorale. Karim Wade, l’énigmatique fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, lève le voile sur son avenir politique en renonçant à sa nationalité française.

Cette annonce, publiée tardivement au Journal officiel français, ajoute une nouvelle dimension explosive à la course présidentielle sénégalaise, marquée par des rebondissements, des recours et des débats constitutionnels enflammés. Cette saga politique promet d’agiter dans les prochains jours les fondements de la démocratie sénégalaise.

Renoncement stratégique de Karim Wade ?

À quelques jours de la validation des candidatures, le Journal officiel français révèle le renoncement de Karim Wade à sa nationalité française. Cette décision fait écho aux débats houleux entourant la légitimité constitutionnelle du candidat. Un recours déposé par le député Thierno Alassane Sall souligne la possible incohérence entre l’attestation sur l’honneur de Karim Wade et sa double nationalité au moment du dépôt de candidature.

La publication du décret au Journal officiel de la République française le mardi 16 janvier ajoute une nouvelle dimension à la course présidentielle au Sénégal. Le décret officiel confirme la renonciation à la nationalité française de Karim Wade, ouvrant la voie à sa candidature à la présidentielle du 25 février. ? Mais cette annonce intervient à un moment crucial, trois jours avant la validation finale des candidatures par le Conseil constitutionnel sénégalais.

L’opposant politique Thierno Alassane Sall, député et candidat à la présidentielle, y a réagit rapidement en déposant un recours devant le Conseil constitutionnel. Il souligne l’apparente contradiction entre la déclaration sur l’honneur de Karim Wade, affirmant n’avoir que la nationalité sénégalaise lors du dépôt de candidature le 23 décembre, et le décret confirmant la perte de sa nationalité française.

Lire Aussi :  BURKINA FASO : LE PRÉSIDENT TRAORÉ MET FIN À LA COMPLAISANCE DANS LA FONCTION PUBLIQUE

Jeu politique et recours enflammés

Tandis que Karim Wade affirme que « la querelle sur sa double nationalité se termine enfin, » les détracteurs persistent. Le décret du Journal officiel ne dissipe pas entièrement les tensions, car le recours souligne des supposés mensonges dans la déclaration sur l’honneur du candidat. Les prochains jours seront donc cruciaux, avec le Conseil constitutionnel devant statuer sur ce cas délicat et d’autres recours, amplifiant le suspense dans la course à la présidentielle.

La réaction de Karim Wade sur les réseaux sociaux témoigne de sa volonté de mettre fin à la controverse entourant sa double nationalité. Il insiste d’ailleurs sur le décret du ministre de l’Intérieur français actant sa renonciation à la nationalité française comme preuve de sa constance. Cependant, le porte-parole de Thierno Alassane Sall maintient que le décret n’impacte pas le recours, soulignant l’importance des déclarations faites au moment du dépôt de candidature.

En parallèle, le Conseil constitutionnel examine plusieurs recours déposés par des candidats pré-validés contre d’autres candidats. Cette bataille juridique intensifie l’effervescence pré-électorale, créant un climat de suspense et d’incertitude quant à la liste finale des participants à l’élection présidentielle. En pleine effervescence pré-électorale, la décision de Karim Wade crée des ondes de choc, ajoutant une dose de mystère à une campagne déjà riche en rebondissements.

 

Tony A.

Previous

Burkina Faso : le président Traoré met fin à la complaisance dans la fonction publique

Next

Transport aérien : Pourquoi le départ de Lomé coûte moins cher que Cotonou ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]