mardi, février 27 2024

Au cours d’une conférence de presse, jeudi dernier, le candidat d’opposition John Dramani Mahama ne reconnait pas les résultats proclamés par la Commission Electorale. Pour lui, il a été évincé par des manœuvres frauduleuses. Alors, il usera tous les moyens légaux possibles pour obtenir justice.

Selon les résultats officiels avancés par la commission électorale, le président sortant Nana Akufo-Addo, a été réélu pour un second mandat à la tête du Ghana. Il a triomphé avec a remporté 51,59% des voix contre 47,36% pour John Dramani Mahama.

John Dramani Mahama: une commission électorale complice

Pour le candidat de l’opposition du Congrès national démocratique (NDC), John Dramani Mahama, la Commission électorale serait de mèche avec le parti au pouvoir. Et cela se prouve aisément par le fait que la Commission ait compté 1,7 million d’électeurs dans la région d’Ashanti au lieu 1,4 million de bulletins.

John Dramani Mahama rejette également les résultats des législatives. La parité de sièges annoncée (136 sièges) entre l’opposition et le gouvernement n’ont pas convaincu le candidat malheureux. Pour lui son parti aurait été vainqueur en remportant la majorité des avec 140 sièges. Il prétend également détenir les preuves de ses allégations.

Des résultats frauduleux

« Nous avons constaté depuis lundi 7 décembre 2020 que de nombreuses mesures ont été prises pour manipuler les résultats de l’élection en faveur du président sortant Nana Akufo-Addo », a expliqué John Dramani Mahama. Selon lui, le président sortant contrôle toutes les ressources de l’État et ses institutions.

Il estime par ailleurs que son parti, le NDC aurait remporté le double scrutin du 7 décembre dernier. C’est-à-dire les élections présidentielles et parlementaires. Et qu’en réalité, la lucidité du peuple a surpassé les efforts du parti au pouvoir pour soudoyer les électeurs.

« Le peuple a compris ce qui était en jeu et il était clair au vu des résultats légalement exprimés que le Congrès national démocratique avait remporté les élections présidentielles et parlementaires. Aucune tricherie, fourberie ou falsification n’effacera cette réalité », a affirmé avec conviction John Dramani Mahama.

Lire aussi : GHANA/PRÉSIDENTIELLE 2020 : NANA AKUFO-ADDO REMPORTE UN DEUXIÈME MANDAT

Previous

Mauritanie : Arise s’efface derrière Meridiam pour l’extension du port de Nouakchott

Next

Processus électoral au Ghana: moins transparent qu’à l’accoutumée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]

Mouvement de grève en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l'injustice

Mobilisation en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l’oppression et l’injustice

Rédaction

En Guinée, un mouvement de protestation d’envergure nationale a été déclenché par les 13 centrales syndicales du pays. Ces dernières appellent à une grève générale et illimitée à partir du lundi 26 février. Cette mobilisation vise à dénoncer la flambée des prix des denrées de première nécessité et à exiger la levée de la censure […]